Janice Nadeau, étoile montante de l’ONF

Janice Nadeau, étoile montante de l’ONF

Janice Nadeau, étoile montante de l’ONF

L’illustratrice Janice Nadeau a le vent dans les voiles. Alors qu’elle publie des romans graphiques comme Harvey et Nul Poisson où aller, elle attire l’attention de l’ONF, qui souhaite l’intégrer à son équipe de créateurs.

Le choix s’avère particulièrement judicieux, alors que l’adaptation de Nul Poisson où aller, co-réalisé par Nicola Lemay, et la création originale Mamie, tous deux produits par l’ONF, lui ont valu une reconnaissance officielle au Festival international du film d’animation d’Annecy, ze festival de l’animation en Europe.

Mamie, le « film-surprise » de 2016 

Avec 11 sélections pour son court métrage d’animation dans des festivals du vieux continent, Mamie ne passe pas inaperçue. Inspiré d’éléments biographiques mis en scènes pour devenir une fiction à part entière, le film raconte les liens, ou l’absence de liens, qui peuvent exister entre membres d’une même famille. « J’ai travaillé avec des souvenirs, mais quand on est enfant, on nous raconte ce qui se passe en utilisant beaucoup de métaphores. J’ai fait infuser ces souvenirs, j’ai vieilli avec eux, et je les ai mis en scène, » explique-t-elle. Plutôt fermée aux autres, la mamie du film tourne même le dos à la mer, alors qu’elle préfère la solitude à l’interaction.

Mamie – (Extrait), Janice Nadeau, offert par l'Office national du film du Canada

L’illustration au service des émotions

Pour bien illustrer cette solitude, Janice Nadeau s’est un peu éloignée de ses techniques d’animations retrouvées dans ses œuvres précédentes. « Avec Nul Poisson, l’aquarelle a joué un rôle important. Là, c’est plutôt en arrière-plan. Ce n’est pas l’aquarelle qui joue le rôle principal, parce que ça peut vite voler la vedette. J’ai travaillé pour que mon image soit plus douce, plus désaturée, pour qu’elle bouge moins vite ». Les choix esthétiques reflètent les priorités narratives. « Mes personnages n’ont pas de couleur de peau. Leur peau, c’est le papier. C’est pour bien sentir l’animation sur les visages, dans les mains. »

Venant du milieu du livre et de l’illustration, l’animation représente une nouveauté formelle assez intéressante à ses yeux. « Dans mes livres, le lecteur peut prendre le temps qu’il veut pour lire une page. J’avais tendance à mettre plus d’information dans les images. À mettre des éléments décoratifs. Mais en image animée, c’est moi qui gère la durée des plans. C’est comme si je m’obligeais à épurer les plans. Les décors apparaissent ou disparaissent quand j’en ai besoin. Les arrière-plans sont assez sobres. Je voulais mettre l’emphase sur les personnages et ce qu’ils vivaient. »

Mamie – (Extrait 2), Janice Nadeau, offert par l'Office national du film du Canada

Il s’agit d’une évolution continue. L’illustratrice/animatrice travaille déjà sur son prochain film avec l’ONF. « Avec mon nouveau projet, je joue avec les champs contre-champs, je m’amuse. Plus ça va aller, plus je vais me laisser m’emporter par la matière. C’est un apprentissage et un laisser-aller. »

Des débuts prometteurs

Depuis son partenariat avec l’Office, la vie professionnelle de Janice Nadeau a pris un tournant assez lumineux. Elle a présenté ses films à Annecy, (« C’est une bonne façon de commencer le début d’une carrière. ») en plus de travailler aux cotés d’autres animateurs de l’ONF. Chargée de cours à l’UQAM depuis, elle a entamé une maitrise en études cinématographiques, en plus d’avoir eu une résidence d’artiste pendant la co-production de Mamie. Sans compter les rencontres professionnelles stimulantes et enrichissantes lors des festivals.

Bref, il s’agit d’une collaboration qui porte fruit, et puisque Janice Nadeau fait désormais partie du répertoire de l’Office, on lui a demandé de nous présenter ses trois courts métrages préférés produits par l’ONF. (Notez qu’ils sont tous réalisés par des femmes.) Bon cinéma!

Les choix de Janice : ses coups de coeur sur ONF.ca

La rue de Caroline Leaf

La rue, Caroline Leaf, offert par l'Office national du film du Canada

When the Day Breaks par Amanda Forbis & Wendy Tilby

When the Day Breaks, Amanda Forbis et Wendy Tilby, offert par l'Office national du film du Canada

Le poète danois de Torill Kove

Le poète danois, Torill Kove, offert par l'Office national du film du Canada

Ajouter un commentaire

Commenter