10 films à voir aux RIDM 2016

Films

À mon humble avis, les documentaires devraient remplacer la fiction dans les salles de cinéma. Combien d’autres films de super-héros et de comédies romantiques devons-nous subir alors que des réalisateurs brillants nous montrent le monde tel qu’il est? Eh bien, faisons comme si c’était le cas lors des Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal, l’occasion idéale de s’informer sur le monde dans lequel on vit avec des œuvres uniques et touchantes. 10 films à voir.

We Can’t Make The Same Mistake Twice

Cette semaine, Alanis Obomsawin a reçu le prix Albert-Tessier 2016 pour l’ensemble de son œuvre cinématographique. Tant qu’à y être, autant aller voir son plus récent documentaire. La réalisatrice accompagne le plaidoyer de l’avocate Cindy Blackstock pendant plus de six ans pour une prise en charge équitable des soins prodigués aux enfants autochtones. Obomsawin documente donc une potentielle transformation majeure dans les relations entre l’État et les peuples des Premières nations.

The Prison in Twelve Landscapes

prison-landscapes-5_CC

Ce film documente la place énorme (et grandissante) que prend le système carcéral aux États-Unis; comment l’incarcération accélérée des hommes Noirs change leur quotidien, la menace représentée par la privatisation des prisons, et l’impact de l’incarcération sur la vie des gens qui vivent en dehors des murs des pénitenciers.

Brothers of the Night

Le documentaire illustre le quotidien banal de garçons bulgares devenus prostitués à Vienne. Sans moralisme et avec un esthétisme frappant, on en apprend sur leurs vies, leurs relations, et leurs pratiques.

Un journaliste au front

Avec le film de clôture des RIDM, le réalisateur Santiago Bertolino (Carré rouge sur fond noir) accompagne le journaliste canadien Jesse Rosenfeld alors qu’il documente les révolutions, contre-révolutions, bombardements et élections qui bouleversent le Moyen-Orient après le Printemps Arabe. À lire : notre entrevue avec le réalisateur.

Mixed Feelings

mixedfeelings

Après nous avoir livré le très remarqué Five Broken Cameras (qui illustrait le quotidien difficile des Palestiniens en suivant les caméras brisées d’un jeune cinéaste constamment harangué par l’armée israélienne), Guy Davidi présente Mixed Feelings : l’ancien acteur à succès Amir Orian ne peut pas taire ses opinions quant à la situation militaire et humanitaire à Gaza pendant ses ateliers de théâtre, ce qui permet d’illustrer les divisions idéologiques majeures qui peuvent inspirer les passions et les conflits en Israël.

The Great Wall

Des plans aériens captent la fermeture des frontières européennes à l’heure des grands mouvements migratoires alors que les mots immortels de Kafka viennent ajouter une dimension surréelle à la dystopie que nous sommes en train de construire collectivement.

Kate Plays Christine

Dans les années 70, une animatrice se suicide en direct à la télévision. Un demi-siècle plus tard, une comédienne tente de l’incarner dans un documentaire, et rentre ainsi dans une série de paradoxes troublants sur l’identité, la représentation, la mort et la célébrité.

Gûlistan, terre de roses

Ce premier long métrage de Zaynê Akyol suit le quotidien des combattantes du PKK, qui luttent contre l’État Islamique, les forces iraniennes ou l’armée turque. Entrainement, entretien de l’équipement, conversations et contemplation vigilante lors des nombreux moments d’attente de la guerre, ce film jette un regard intime sur des guerrières méconnues. À écouter, l’entrevue de la réalisatrice Zaynê Akyol à Gravel le matin.

Another Year

Another Year

Gagnant de la compétition internationale du festival Visions du réel avec treize plans fixes montrant les soupers d’une même famille, ce film sert de loupe sur la Chine contemporaine.

La résurrection d’Hassan

https://vimeo.com/190562840

Une famille précaire de non-voyants à Montréal tente continuellement de communiquer avec Hassan, leur garçon voyant noyé il y a quelques années. Ils chantent dans le métro et ils écoutent les leçons d’un mystique russe sur la résurrection. Un portrait de famille absolument atypique.