Le questionnaire – Ma tribu c’est ma vie avec Montag

Le questionnaire – Ma tribu c’est ma vie avec Montag

Le questionnaire – Ma tribu c’est ma vie avec Montag

Collaboration spéciale de Anne-Marie Lavigne.

Chaque semaine, un fanatique de musique ou d’Internet répond au questionnaire Ma tribu, c’est ma vie. Vous pouvez y répondre vous aussi sur le site du documentaire interactif.

Cette semaine, le musicien Antoine Bédard alias Montag se prête au jeu.

Composition, collaboration, auto promotion. Antoine est un créateur multi talents qui investi toutes les potentialités de la toile. Sans perdre pied avec la réalité….bien au contraire.

Son projet de balade sonore MUTATIONS, lancé pendant le Festival OFFTA, fera décoller votre regard de l’écran et apprécier la beauté architecturale de Montréal.

Profession : Compositeur, concepteur sonore

Tribu : électropop

Identités sur le Web : Montag, Antoine Bédard

Combien d’heures par semaine connectées au Web?
Minimum 40…

La plus grande influence d’Internet sur ta façon de composer de la musique :
L’échange de fichiers constitue sans aucun doute le plus gros impact! Il permet, entre autres, de faire des remixages. J’en ai fait pour plusieurs groupes que je n’ai jamais rencontrés « en personne ». Sans le Web, non seulement ils n’auraient jamais entendu parler de moi, mais je n’en serais jamais venu à retravailler leurs morceaux. Les groupes m’envoient normalement les fichiers audio sur un serveur FTP (ils sont souvent trop lourds pour être envoyés par courriels). Ensuite, je fais mon remixage et leur envoie le résultat de mon travail sur un serveur. Chaque collaboration faite sur Internet vient, bien sûr, avec son lot de courriels, on ne les compte plus. Certains remixages que j’ai faits sont accessibles sur cette page MySpace. Un d’entre eux, fait pour Au Revoir Simone, a été utilisé dans la version britannique de l’émission Skins cette année.

Le Web affecte aussi ma façon de travailler en tant que concepteur sonore. Je cherche et trouve, soit sur YouTube ou sur d’autres plateformes, des sons qui correspondent exactement à ce que je veux. Je mêle ensuite les sons entre eux pour créer mes propres atmosphères. Encore une fois, je n’arriverais pas au même résultat sans le Web. Ce n’est évidemment pas la seule façon que j’ai de travailler, mais disons que le Web offre sans contredit une tonne de possibilités supplémentaires.

Les collaborations créatives qui ont vu le jour grâce au Web :
J’ai eu l’occasion de faire un remixage pour le groupe I Am From Barcelona, un collectif suédois d’une vingtaine de musiciens. Grâce à Internet, je suis entré en contact avec Emanuel Lundgren, le leader du groupe. On ne s’est jamais vus en personne! Un jour peut-être…

Je pourrais donner une tonne d’autres exemples, puisque la plupart des musiciens avec qui j’ai collaboré jusqu’à présent vivent à l’extérieur du pays.

Un autre type de collaboration est celle que j’ai organisée pour la composition du morceau Going Places, titre d’un album de Montag paru un 2007. Pour ce morceau, je voulais composer une musique avec des échantillons sonores enregistrés aux quatre coins du monde. J’ai donc envoyé un message à des fans en ligne et j’ai reçu plus de 50 sons provenant d’une vingtaine de pays! Inconcevable sans Internet, bien évidemment!

L’influence du Web sur ton inspiration :
La mobilité! Depuis que j’ai travaillé à la conception sonore du guide audio Montréal Moderne sur l’architecture du 20e siècle au centre-ville, je m’intéresse à la composition musicale conçue pour être entendue dans des lieux spécifiques. Notre environnement de vie est devenu le centre même de mon inspiration en tant que compositeur. Vu qu’ Internet permet une diffusion immédiate du projet, sans que je le sache, des gens le téléchargent. Ils impriment la carte qui l’accompagne et se rendent au point de départ pour suivre de façon autonome le parcours proposé au centre-ville. C’est assez étrange de mettre en ligne un projet qui finit par vivre de lui-même. Et comme j’ai aussi fait la narration du guide audio, c’est comme si je les accompagnais virtuellement à travers la ville.

Mon prochain projet de parcours sonore, intitulé Mutations, sera lui aussi exclusivement distribué sur le Web. Il implique 10 musiciens ayant chacun composé une œuvre qui s’inspire de l’architecture d’un bâtiment situé dans le Quartier des spectacles. Le OFFTA a produit le projet qui sera coprésenté par le festival Mutek. J’ai aussi présenté le concept à l’équipe de Bande à part qui a tout de suite accepté d’en faire la diffusion sur son site. Mutations est un projet qui s’articule donc entièrement avec les nouvelles technologies, mais qui paradoxalement nous éloigne de notre écran d’ordinateur pour nous faire redécouvrir la ville. Le lancement du projet aura lieu à la SAT, le 28 mai prochain. Le parcours sera téléchargeable gratuitement toute l’année grâce au soutien financier du Quartier des spectacles.

Sans le Web, ta musique aurait-elle la même sonorité?
Absolument pas. J’ai trouvé plus de la moitié de mes instruments de musique sur le Web. Je suis un grand fanatique de synthétiseurs analogues (des années 1970 et 1980). Il n’y a que peu d’endroits au pays où s’en procurer. Le Web devient alors la meilleure boutique qui soit pour ce genre d’équipement. La bible des sites Web sur les claviers analogues, des plus communs aux plus rares, est sans contredit le <www.vintagesynth.com> et on en trouve aussi sur <www.synthmuseum.com>, un site pas très joli, mais qui offre une foule d’informations sur chaque modèle.

Internet = …
…auto promo. Le Web est probablement la seule façon pour moi de promouvoir mon travail et de vendre mes disques autoproduits. C’est exigeant d’avoir à maintenir différents sites Web, mais c’est payant en terme d’opportunités. Pour la promotion, c’est sûr que mon étiquette de disque Carpark fait un excellent travail sur le Web, mais je dois aussi, à l’occasion, rédiger mes propres communiqués de presse, créer une liste d’envoi, etc. D’ailleurs, j’aime cet aspect de mon travail, puisqu’il me permet de diversifier mes activités. Je comprends l’esprit du Web, puisque j’ai une formation universitaire en communication, plus particulièrement en multimédia interactif. J’ai même déjà été professeur de conception Web au cégep André-Grasset… Disons que je suis bien placé pour comprendre le plein potentiel du Web!

Les plus belles découvertes musicales faites grâce au Web :
Oh, il y en a une tonne! Des trucs récents comme plus anciens d’ailleurs, et de tous les styles musicaux. Par exemple, Benoît Pioulard, Shit Robot, Washed Out, Neon Indian, Les Amis au PakistanThe Crystals.

Les URL essentiels aux membres de ta tribu :
Je ne les consulte pas beaucoup, parce que je préfère sortir de ma tanière au lieu de rester dans ma tribu! Si je voulais donner quelques exemples dans le désordre, cela aurait l’air de quelque chose comme ça :

www.stereogum.com
www.imyouare.com
toroymoi.blogspot.com
www.pitchfork.com

Aujourd’hui, un disque c’est…
… du passé. Je suis moi-même en train de revoir la façon dont je vais sortir mes prochains morceaux. Je suis attaché à l’idée d’un album qui s’écoute d’un bout à l’autre, d’une œuvre musicale en continu, mais nos habitudes d’écoute ont changé. Tout est à repenser. J’espère simplement que la musique saura trouver un nouveau véhicule avec l’avènement de nouvelles technologies. Je pense que dans quelques années on va trouver ça très « vintage » le mot mp3. Ça va sonner comme R2D2.

Vivez l’expérience Ma tribu c’est ma vie

Ajouter un commentaire

Commenter