L’ONF s’engage à respecter votre vie privée

Nous utilisons des témoins de navigation afin d’assurer le bon fonctionnement du site, ainsi qu’à des fins publicitaires.

Si vous ne souhaitez pas que vos informations soient utilisées de cette manière, vous pouvez modifier les paramètres de votre navigateur avant de poursuivre votre visite.

En savoir plus
La rue Demers, 40 ans plus tard

La rue Demers, 40 ans plus tard

La rue Demers, 40 ans plus tard

Voyez le film Les fleurs c’est pour Rosemont, un charmant long métrage documentaire racontant l’histoire de 5 étudiants en architecture qui ont voulu, en 1969, rénover une petite rue(lle) du Mile-End, à Montréal. Le film fait le triste constat que, malgré leur motivation, les jeunes hommes ne réussiront jamais à porter leur projet à terme, bloqués par le manque d’enthousiasme et d’engagement des résidents de ce quartier défavorisé.

La rue Demers en 1969

Les fleurs c'est pour Rosemont, Jacques Giraldeau, offert par l'Office national du film du Canada

La rue Demers, 40 ans plus tard, parmi les plus belles rues de Montréal

Clairette Paquette a vu le film en 2009 et a été touchée par cette histoire. Elle connaissait la ruelle, l’ayant déjà prise en photos, mais elle ne connaissait pas son histoire… Maintenant, elle la connaît. Elle est d’ailleurs retournée sur les lieux pour prendre plus de photos, «en ayant maintenant en tête le film, les voix et les rires, les gens qui l’habitaient.»

Vous pouvez voir les photos récentes de l’endroit prises par Clairette Paquette via son album Flickr : Histoire d’une petite rue…

L’endroit fait aujourd’hui partie des plus belles ruelles de Montréal. Les résidents ont réussi au cours des années à rendre leur environnement des plus agréables avec l’aménagement d’espaces verts et en prenant soin de l’apparence de leurs appartements. En 2011, la ruelle est devenue un exemple à suivre.

Cette histoire est la preuve que certains projets ont besoin de plus de temps que d’autres afin de se réaliser. Il faut savoir être patient et continuer de se retrousser les manches.

J’aimerais beaucoup voir ces 5 architectes retourner sur les lieux aujourd’hui… 40 ans plus tard.

Un grand merci à Clairette d’avoir partagé ses photos avec nos nous.

Ajouter un commentaire
  1. Je découvre avec stupéfaction ce bijou de film sur cet instant à Montréal ou le Bauhaus s’est cassé les dents sur l'»abimertume» d’une indifference inoculée. Mais au sein d’une molaire coriace une graine d’espoir sut trouver en ce lieu un terreau fertile.

    J’ai eu le plaisir de côtoyer dans les 33 dernières années, certains rejetons et au moins un des protagonistes du film.

    Si la curiosité vous taraude, je vous invite à aller «donner la question» à M. Lefebvre, propriétaire de la librairie Henri-Julien, sise littéralement à un jet de «kick la can» de la rue Demers, coin Villeneuve et Henri-Julien.

    Il me fera plaisir de porter à votre attention un détail dont il n’est fait nul mention dans le film, mais qui selon moi n’est pas sans rapport avec cette histoire.

    Au plaisir
    Jean-François
    commis de l’enfer

    — jean.francois.sylvain,
  2. Il faut surtout impliquer les principaux intéressés dès le départ pour qu’ils participent activement au projet de son idée à sa réalisation! C’était valable à l’époque et ça l’est encore aujourd’hui! À suggérer à tous les étudiants en Animation culturelle et en travail social…

    — Diane,

Commenter