Alouette, gentille alouette!

Alouette, gentille alouette!

Alouette, gentille alouette!

Présentée en janvier 1973 sur le réseau de la chaîne CBC-TV, la série Adieu Alouette, comprenant douze courts métrages documentaires sur le Québec, est entièrement destinée à un public anglophone. Coproduits par l’ONF, les films mettent l’accent sur la culture – plutôt que sur la politique – et visent à faire tomber les clichés associés au Québec à la suite de la Crise d’octobre de 1970.

Considérée comme un succès, la série propose des œuvres de 30 minutes sur le cinéma québécois, la gastronomie, l’Église, les jeunes, les Québécoises, le journal Le Devoir et quelques personnalités  encore inconnues du Canada anglais à l’époque, telles que Roch Carrier, Yvon Deschamps, Gilles Vigneault et Michel Tremblay.

Vous apprécierez sûrement le générique d’ouverture avec Robert Charlebois en dessin animé « psychédélique ». Il y chante une de ses propres (et rares) compositions écrites entièrement en anglais.

À voir sur ONF.ca (en anglais seulement) :

Trois films sont accessibles en ligne. Le premier est Backyard Theatre, une œuvre qui porte sur le travail de Michel Tremblay, auteur des Belles Sœurs (1968) et de plusieurs autres pièces, romans et scénarios. Le film met l’accent sur son écriture nouvelle, en joual, qui s’adresse directement aux lecteurs québécois. Fait cocasse, le film est le seul à avoir été censuré par la CBC avant sa diffusion… non pas pour ses idées, mais pour la quantité de blasphèmes qu’on y trouvait!

Le deuxième est Just Another Job, un film de Pierre Letarte sur le hockey. Initialement, il devait porter sur le hockeyeur Serge Savard. Celui-ci venait de triompher pendant « La série du siècle » contre l’équipe de l’Union soviétique. Cependant,  l’Association des joueurs de la ligue nationale n’a jamais libéré les droits de tournage pour le projet.

Au même moment, une nouvelle équipe de hockey voyait le jour : Les Nordiques de Québec. On suit donc l’équipe dans les coulisses du Colisée, alors qu’elle est entraînée par nul autre que Maurice Richard. La légende du hockey quitte ses fonctions après seulement deux parties… Retraité depuis douze ans, il se sent déconnecté de son sport et ne possède pas les aptitudes communicationnelles d’un entraîneur-chef.

Just Another Job, Pierre Letarte, provided by the National Film Board of Canada

Le troisième film, OK… Camera, est un incursion dans l’industrie du cinéma québécois du début des années 1970. Le documentaire, réalisé par Michael Rubbo, se déroule durant le tournage des films La mort du bûcheron de Gilles Carle et Kamouraska de Claude Jutra. On y interviewe plusieurs personnalités du cinéma québécois de l’époque : les deux réalisateurs, les protagonistes de leur film (Denise Filiatrault et Willie Lamothe pour le premier; Geneviève Bujold pour le deuxième) ainsi que le producteur Pierre Lamy, qui travaillaient sur le film Kamouraska. On peut également y apercevoir Michel Brault en discussion avec Claude Jutra.

OK … Camera, Michael Rubbo, provided by the National Film Board of Canada

La série Adieu Alouette a été bien reçue par la CBC. Ella a permis aux Canadiens anglais de mieux connaître l’autre solitude.

D’autres séries ont d’ailleurs été influencées par elle, dont West sur les Prairies, Pacificanada sur la Colombie-Britannique et Atlanticanada, un spécial de 2 h 30 présenté à la CBC sur la région des Maritimes.

 

Sur la photo : Michel Tremblay. 1972. Office national du film du Canada. Tous droits réservés.

Ajouter un commentaire
  1. *After study a few of the blog posts on your website now, and I truly like your way of blogging. I bookmarked it to my bookmark website list and will be checking back soon. Pls check out my web site as well and let me know what you think.

Commenter