Les Jeunes pousses passent la mi-parcours

ÉducationInteractif

Passé la mi-parcours du stage Jeunes pousses, un compte rendu s’impose. Nous vous dévoilons aujourd’hui les apprentissages qui ont découlé de nos incursions chez les créateurs et créatrices du numérique, que nous avons eu la chance de rencontrer lors de nos classes de maîtres hebdomadaires.

Mais d’abord, des nouvelles de notre projet : nous planchons sur une expérience interactive mettant en vedette le son. Nous ne pouvons vous en révéler beaucoup pour l’instant, mais voici quand même quelques indices : ça se mettra dans votre poche, vous pourrez y entendre des histoires, et vous y reconnaîtrez peut-être votre voix.

Afin de nourrir nos réflexions et de nous inspirer dans la conception de cette expérience, nous avons rencontré des créateurs et créatrices de tout acabit, du journalisme nouveau genre à la création radiophonique, et passant par le cinéma documentaire.

Rencontrez Marie-Laurence Rancourt de Magnéto, le journaliste Simon Coutu de VICE, le créateur de l’interactif Vincent Morisset, et le réalisateur Jérémie Battaglia.

Marie-Laurence Rancourt : la création radiophonique

Marie-Laurence Rancourt, cofondatrice de la plateforme de balados Magnéto.

Pour Marie-Laurence, l’art radiophonique est une discipline à part entière qui a connu un passé plus glorieux au Québec, mais qui retrouve ses lettres de noblesse depuis quelques années. Puisque notre expérience interactive devait se concentrer sur l’audio, cette classe de maître arrivait à point dans notre processus. L’après-midi suivant cette rencontre, nous mettions déjà en application nos apprentissages dans nos premières prises de son aux abords du Métro Plamondon (un autre indice!).

Les trucs de pro

  • Créer des univers sonores riches pour faire appel à l’imaginaire des auditeurs;
  • Enregistrer les entrevues en studio et rajouter du contexte après en y collant des sons ambiants afin d’avoir une qualité sonore optimale;
  • Délaisser la linéarité dans la scénarisation, au profit de structures plus disloquées, afin de dynamiser l’écoute.

Vous avez dit, «art radiophonique»?

C’est quoi, l’art radiophonique? Et en quoi ça diffère de la radio informative ou parlée qui domine les ondes au Québec? Les réponses, dans cette courte entrevue réalisée par Félix Deschênes, stagiaire en journalisme :

En extra : Magnéto à l’ONF!

Quelques jours après sa classe de maître, Marie-Laurence est revenu à l’ONF pour réaliser un reportage sur la mémoire de ce lieu mythique, à travers des employés qui y sont pour certains depuis les années 60. Vous pouvez écouter son topo pour La Route des 20 sur la Première Chaîne ici.

Simon Coutu : le format court en journalisme

Simon Coutu, journaliste pour VICE Québec

Rejoindre les «millénariaux»

À l’heure où le journalisme traditionnel doit se renouveler pour survivre et où il peine à rejoindre les 18-35 ans, VICE parvient à tirer son épingle du jeu. Le journaliste Simon Coutu a participé activement à définir la mouture québécoise de ce média à la facture irrévérencieuse.

Ceci dit, chez VICE, ils sont tannés de se faire demander la recette qui leur permettait de rejoindre les «millénariaux». Les journalistes, eux-mêmes issus de cette génération, traitent de sujets qui les intéressent, point final.

Vous avez dit «contenu natif»?

Avec VICE du jour, leurs contenus se retrouvent principalement sur Facebook. Ils créent du contenu natif pour les réseaux sociaux, car c’est à cet endroit que se trouve le public. Ils permettent à leur auditoire de consommer leur contenu quand ils veulent, là où ils se trouvent.

Les trucs de pro

  • Vulgariser les enjeux et synthétiser en ayant le public en tête;
  • Ne pas pratiquer ce métier dans le but de plaire aux collègues journalistes puristes;
  • Immerger le journaliste dans le sujet pour que l’auditoire puisse s’y identifier;
  • Ne pas formater inutilement le ton des journalistes;
  • Traiter de sujets qui les intéressent personnellement.

Vous pouvez visionner les documentaires et les VICE du jour de Simon Coutu ici.

Vincent Morisset : la création interactive

Vincent Morrisset, créateur du numérique, dans les bureaux de son Studio AATOAA

Créer des interactions organiques

Comment alléger le dispositif technologique qui permet l’interaction au point de ne plus le sentir? Cette question oriente les décisions de Vincent Morisset lorsqu’il conceptualise un projet.

Les trucs de pros

  • Arrimer les interactions aux réflexes instinctifs d’un utilisateur pour qu’il vive l’expérience de façon plus naturelle;
  • Aller au plus simple! C’est aussi bon pour le message que pour la structure narrative;
  • Accepter une réappropriation du sens: il y aura autant d’interprétations différentes d’une expérience qu’il y a d’utilisateurs, ce qui fait la beauté de l’interactivité;
  • Itérer, itérer, itérer : c’est en développant plusieurs prototypes que l’on peut tester si les interactions fonctionnent, et réajuster le tir.

À toi, AATOAA

Le studio AATOAA aurait pu prendre l’expansion et devenir un grosse boîte de productions interactives… mais Vincent Morisset préfère avoir la liberté de travailler avec ses proches collaborateurs et ses amis. Écoutez une incursion dans son univers et ses méthodes de travail :

Jérémie Battaglia : les personnages au cœur de la réalisation documentaire

Jérémie Battaglia, photographe, directeur photo et réalisateur

Pour Jérémie Battaglia, un documentaire doit en grande partie sa qualité aux choix des histoires et des personnages présentés.

Les trucs de pro

  • Établir une relation de confiance avec ses personnages;
  • Permettre une pluralité des voix, tout en assumant pleinement la subjectivité de son regard sur le réel;
  • Avoir conscience des contraintes des diffuseurs, susceptibles de modifier le ton du projet ou la structure narrative initiale.

Jouer avec les nouveaux formats

Habitué à l’écriture et à la réalisation de documentaires «traditionnels», Jérémie Battaglia est aussi à l’aise avec l’interactif. Il a réalisé trois projets de webdocs avec le studio interactif de l’ONF :Toi, moi et la charte, Le printemps d’après, et Le poids d’une voix.

Cette classe de maître nous a permis de comprendre l’importance de la relation de confiance à établir avec les personnages centraux de notre projet. La démarche derrière Toi, moi et la charte, réalisé et produit en quelques semaines pour pouvoir être diffusé en plein débat sur la charte des valeurs québécoises à l’automne 2013, s’est avérée inspirante pour nous du point de vue du traitement du sujet et de la collecte de témoignages (un autre indice!).

Parfaites

Le premier documentaire long-métrage de Jérémie Battaglia, Parfaites, qui a déjà raflé des prix aux États-Unis et en Europe, était en nomination pour le prix du meilleur documentaire au Gala Québec Cinéma.

Suivez la suite de notre parcours création (et soyez témoins de notre broue dans le toupet!) pour les trois prochaines semaines, sur les plateformes de l’ONF et en suivant le mot-clic #jeunespousses.