Cinéma sous les étoiles: gratuit, partout, et révolutionnaire

Alors que le cinéma hollywoodien nous endolorit collectivement avec des fables prévisibles et redondantes aux issues joyeuses pour les protagonistes bienveillants, le cinéma sous les étoiles, lui, peut autant divertir qu’éveiller les esprits!

Cette année, la programmation documentaire s’avère riche et pertinente, un reflet fidèle et rigoureux du monde dans lequel on vit. Et plutôt que de s’isoler dans une petite pièce assombrie, pourquoi ne pas profiter de ces œuvres sous les étoiles, dans des parcs, alors que le sentiment de communauté est tout à fait palpable? Vous pourrez arriver en retard et vous intégrer au groupe assis sur l’herbe sans aucun problème. Vous pourrez ressentir la réalité quotidienne qui se déroule encore autour de vous alors qu’un film vous transporte vers un autre continent ou bien qu’il vous révèle des faits aussi inusités que révoltants.

Si vous ne faites pas la révolution après avoir regardé ces films, au moins vous aurez passé un moment magique à témoigner du monde qui change parmi vos concitoyens cinéphiles! Voici donc quelques suggestions de films à voir cet été à Montréal, en toute gratuité, et en toute liberté.

Naomi Klein au Square Cabot (22 août à 20h20)

Naomi Klein a tendance à écrire des livres capables d’englober les grands débats de différentes générations. No Logo l’a transformée en superstar de la contestation du capitalisme, alors que The Shock Doctrine a illustré les tendances malveillantes d’élites néo-libérales prêts à exploiter des populations locales après des tragédies apparemment insurmontables. Et avec This Changes Everything (une adaptation documentaire de son essai du même nom), Klein présente les dangers de plus en plus frappants des changements climatiques, tout en dressant un portrait de la résistance globale, celle qui dit non à l’exploitation effrénée de nos ressources, et qui cherche à trouver des alternatives durables à nos industries polluantes. Un film autant frustrant que porteur d’espoir! À voir absolument.

Et si vous êtes encore au Square Cabot, vous pourrez toujours regarder Where to Invade Next, le plus récent documentaire du contestataire américain Michael Moore!

La résistance locale au Parc Laurier (20 juillet à 21h05)

Il est parfois difficile de se sentir impliqué dans les grandes décisions de notre époque. Avec Pipelines, pouvoir et démocratie, Le réalisateur québécois Olivier D. Asselin illustre brillamment les rouages de la machine politique alors qu’il suit de près, pendant quelques années, l’élan contestataire qui vise à stopper le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada. Actions directes inspirées par la bravoure et la solidarité, soupers spaghettis, rencontres ministérielles, manifestations populaires… Après avoir regardé ce documentaire, le spectateur en sort avec une vision très précise de quelque chose qu’on voit très rarement: la démocratie, en pleine action. (Vous pouvez également voir ce film à la Ferme Morgan)

Et tant qu’à passer du temps au Parc Laurier (un des endroits les plus adorables de Montréal, il va sans dire), pourquoi ne pas regarder Oncle Bernard, l’anti-leçon d’économie, alors que Bernard Maris, contributeur assassiné de Charlie Hebdo, déconstruit les mythes et les mensonges des dogmes économiques de notre époque. Simple, imagé et percutant, ce monologue est un merveilleux outil pour développer sa pensée critique!

Ninth Floor au Parc des Jazzmen: Du racisme à Montréal (15 juillet à 21h10)

En 1969 à Montréal, un professeur est soupçonné de racisme par ses élèves caribéens. Ils dirigent un élan contestataire qui se transforme en mouvement étudiant presque inégalé au Canada depuis. Via des documents d’archives et des entrevues avec des témoins qui ont assisté de près à ces révoltes ponctuelles, Mina Shum révèle le caractère troublant du racisme vécu par les étudiants Noirs à l’époque. Loin d’être complètement révolu dans notre coin de pays, les tensions ethniques ont animé des manifestations et des actions citoyennes qui ont profondément marqué Montréal. À voir au Parc des Jazzmen!

Au Parc Saint-Gabriel : la corruption de l’État mexicain (9 août à 20h40)

Fin septembre 2014. 43 étudiants de l’École Normale Rurale d’Ayotzinapa, au Mexique, disparaissent, vraisemblablement sous une pluie de balles des autorités policières de la région. Leur disparition devient un symbole de lutte populaire au Mexique, alors que les familles poursuivent des investigations qui révèlent la complicité du corps policier et de l’État dans ce crime tristement célèbre. Chronique d’une injustice institutionnelle. Réalisé par Xavier Roblès.

Entrevue avec un homme libre

Suggestion de court métrage: Entrevue avec un homme libre. Des ex-détenus se livrent devant caméra alors qu’ils se soumettent à une entrevue d’embauche. C’est un film particulièrement chargé, réalisé par le très talentueux Nicolas Lévesque, qui a réalisé le photo-reportage documentaire In Guns We Trust. Définitivement un réalisateur québécois à suivre dans les prochaines années!

Bikes vs. Cars au Parc Westmount (11 août à 20h30)

Les métropoles occidentales sont souvent façonnées et construites en fonction de la conduite automobile. Autrefois synonyme de liberté et d’autonomie, la voiture représente de plus en plus un polluant encombrant, coûteux et dangereux. Dans ce documentaire, on dresse un portrait des gens qui tentent de changer la ville, partout dans le monde, pour la rendre plus accueillante aux vélos. Sera-t-on capable d’éliminer le moteur dans les métropoles, et de le remplacer par des vélos? C’est ce que tentent de réaliser les intervenants de ce documentaire.

Bon cinéma!