15 films à voir au moins une fois dans sa vie

Films

En l’honneur de notre 75e anniversaire, je vous propose aujourd’hui 15 grands classiques de l’ONF que tout le monde devrait visionner au moins une fois dans sa vie. Ces films ont marqué l’imaginaire canadien, brassé les idées reçues, remporté des dizaines de prix internationaux et demeurent, à ce jour, toujours aussi pertinents.

Êtes-vous prêts pour votre dose de culture cinématographique canadienne?

15 incontournables de l’ONF

À Saint-Henri le cinq septembre

Au début des années 1960, un collectif d’une douzaine de cinéastes de l’ONF (Hubert Aquin, Claude Jutra, Michel Brault, Arthur Lipsett, etc.) ont tourné des images du quartier Saint-Henri pendant 24 heures, le 5 septembre 1962. Il en résulte un portrait poétique de ce quartier populaire de Montréal, inspiré du roman Bonheur d’occasion de Gabrielle Roy.

À Saint-Henri le cinq septembre, Hubert Aquin, offert par l'Office national du film du Canada

Le confort et l’indifférence

Il était de passage à Tout le monde en parle dimanche dernier : le cinéaste Denys Arcand a réalisé ce film politique à la suite de la défaite référendaire de 1980 du Parti québécois. Revivez le référendum et le contexte politique et social de cette époque en visionnant ce documentaire qui confronte la défaite au jugement de l’Histoire. Et de Machiavel…

Le confort et l'indifférence, Denys Arcand, offert par l'Office national du film du Canada

Le chat dans le sac

Ce film est non seulement mon film favori de l’ONF, mais il est également le tout premier long métrage de fiction de Gilles Groulx et du Programme français. Filmé à la manière du cinéma direct, il pose la question de l’accession à la maturité politique d’un peuple à travers l’idylle d’un jeune couple dans la vingtaine.

Le chat dans le sac, Gilles Groulx, offert par l'Office national du film du Canada

Bacon, le film

Le bacon, comme toute chose, a un prix. Sommes-nous prêts, comme collectivité, à sacrifier la terre et l’eau au profit de la surproduction des mégaporcheries? Suivez Hugo Latulippe, ex-candidat à la Course destination monde, dans ce documentaire choc qui témoigne d’une situation des plus alarmantes.

Bacon, le film, Hugo Latulippe, offert par l'Office national du film du Canada

Le steak

Se battre pour manger, se battre pour la dignité… Réalisé par Manon Leriche et Pierre Falardeau, ce film raconte l’histoire de Gaëtan Hart, un boxeur qui se bat pour « gagner son steak ». La boxe est son langage et le ring est sa maison.

Le steak, Pierre Falardeau et Manon Leriche, offert par l'Office national du film du Canada

Âme noire

Voyagez dans les lieux qui ont marqué l’histoire de la culture noire avec cette succession de tableaux peints directement sous la caméra par l’artiste Martine Chartrand. Ce film a remporté l’Ours d’Or du meilleur court métrage d’animation au Festival international du film de Berlin (2000).

Âme noire, Martine Chartrand, offert par l'Office national du film du Canada

Le paysagiste

Chef d’œuvre d’animation réalisé par Jacques Drouin à l’écran d’épingles d’Alexeïeff. Ce film raconte l’histoire d’un peintre qui voyage dans son subconscient à partir de sa propre toile.

Le paysagiste, Jacques Drouin, offert par l'Office national du film du Canada

Wow

Revoyez ce classique signé Claude Jutra, dans lequel des jeunes des années 1960 nous dévoilent leurs rêves et leurs préoccupations. Ils abordent des sujets qui les touchent, tels que le sexe, la drogue, l’amour, l’autorité et la liberté.

Wow , Claude Jutra, offert par l'Office national du film du Canada

Les filles du Roy

Anne Claire Poirier est probablement la cinéaste qui a le plus marqué la cinématographie québécoise au féminin. Dans ce film-collage, elle nous fait la démonstration de la servitude des femmes au Québec, de la fille du Roy à la femme-objet.

Les filles du Roy, Anne Claire Poirier, offert par l'Office national du film du Canada

La lutte

Retrouvez le célèbre boxeur Édouard Carpentier au Forum de Montréal, au début des années 1960, dans ce classique documentaire réalisé par nul autre que Claude Jutra, Claude Fournier, Marcel Carrière et Michel Brault.

La lutte, Michel Brault, Marcel Carrière, Claude Fournier et Claude Jutra, offert par l'Office national du film du Canada

Le château de sable

Chef d’œuvre d’animation de Co Hoedeman dans lequel un bonhomme de sable demande à ses amis de l’aider à construire un château afin de se protéger du vent. Mais la tempête ne leur facilite pas la tâche… Ce film a remporté l’Oscar du meilleur court métrage d’animation en 1977.

Le château de sable, Co Hoedeman, offert par l'Office national du film du Canada

On est au coton

Un autre classique signé Denys Arcand : voyez ce documentaire controversé du début des années 1970 sur les conditions de travail des ouvriers et des ouvrières de l’industrie textile québécoise.

On est au coton, Denys Arcand, offert par l'Office national du film du Canada

« E »

Animation philosophique sur la perception, le pouvoir et l’oppression. Lorsqu’un homme pense différemment, on le traite de fou, mais lorsqu’un roi fait de même, tous les autres ont tort.

«E» , Francine Desbiens et Bretislav Pojar, offert par l'Office national du film du Canada

La vie heureuse de Léopold Z

Suivez les mésaventures de Léo, préposé au déneigement, dans ce classique signé Gilles Carle. À la veille de Noël, une tempête de neige s’abat sur Montréal. Il devra faire un choix difficile : ses obligations professionnelles ou sa famille?

La vie heureuse de Léopold Z, Gilles Carle, offert par l'Office national du film du Canada

La bête lumineuse

Revoyez ce chef d’œuvre cinématographique de Pierre Perrault sur la traditionnelle chasse à l’orignal, prétexte à fouiller l’âme québécoise.

La bête lumineuse, Pierre Perrault, offert par l'Office national du film du Canada

Évidemment, je pourrais ajouter des dizaines, voir des centaines, de films à cette liste. On n’a qu’à penser à Pour la suite du monde (voté favori du public sur notre compte Facebook dernièrement) ou à Mon oncle Antoine (sacré meilleur film canadien de tous les temps par le TIFF – Canada’s Top Ten).

Au cours des 75 dernières années, l’ONF a réalisé au-dessus de 13 000 productions et remporté au-delà de 5 000 récompenses, dont 7 prix Webby, 9 prix Écrans canadiens, 12 Oscars et plus de 90 prix Génie. Cette courte sélection n’est donc qu’un simple échantillon de tout ce que vous trouverez en parcourant notre espace de visionnage en ligne.

Selon vous, quels sont les incontournables de l’ONF?