Mini-leçon – Statu quo ? Le combat inachevé du féminisme au Canada

Mini-leçon – Statu quo ? Le combat inachevé du féminisme au Canada

Mini-leçon – Statu quo ? Le combat inachevé du féminisme au Canada

Mini-leçon pour Statu quo ? Le combat inachevé du féminisme au Canada

Le féminisme a façonné notre société. Mais jusqu’où nous a-t-il conduits et quelle en est la pertinence aujourd’hui ? Ce long métrage documentaire fait le point sur des enjeux importants tels que la violence faite aux femmes, l’accès à l’avortement et les services de garde universels et s’interroge sur les réels progrès réalisés sur ces questions.

Thèmes abordés :

  • Éducation civique ou à la citoyenneté — Droits de la personne
  • Éducation familiale/Économie domestique — Féminisme
  • Études sociales — Politiques et programmes sociaux

Âge recommandé : De 15 à 18 ans

Statu quo? Le combat inachevé du féminisme au Canada, Karen Cho, offert par l'Office national du film du Canada

Question directrice : Quels progrès le Canada a-t-il réalisés dans l’atteinte des objectifs d’égalité politique, sociale et économique visés par le féminisme ?

Activité 1

Voici une liste de stratégies que le Canada peut adopter pour contrer la violence faite aux femmes autochtones. Classez-les selon leur degré d’efficacité, de la PLUS efficace à la MOINS efficace.

  1. Corriger les lacunes du système judiciaire.
  2. Reconnaître les obstacles systémiques à l’origine de l’inégalité des sexes.
  3. Mettre en œuvre les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
  4. Élire des hommes et des femmes politiques qui comprennent les difficultés auxquelles se heurtent les femmes autochtones.
  5. Mener des enquêtes publiques afin de déterminer les causes de la violence faite aux femmes.
  6. Instaurer des lois plus sévères en matière de crimes violents fondés sur le genre.
  7. Mieux former les forces de police.
  8. Améliorer les stratégies de lutte contre la pauvreté (revenu de base garanti, services de garde, logement abordable).

Justifiez vos réponses.

Pour approfondir

À l’heure actuelle, il arrive souvent que les militantes et militants autochtones soient harcelés dans les médias sociaux pour avoir exprimé leurs inquiétudes quant à la manière dont le système judiciaire traite les femmes autochtones. L’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées est dans l’impasse et a connu plusieurs revers depuis son lancement. Bien que ces enjeux soient traités dans un contexte canadien, les questions qu’ils soulèvent sont universelles. Qu’est-ce qui ralentit les progrès réalisés dans la lutte contre la violence faite aux femmes autochtones ?

Activité 2

L’accès à un avortement légalisé permet aux femmes de prendre leurs propres décisions en ce qui concerne leur santé reproductive. Sur une échelle de 1 à 5, évaluez l’importance de la légalisation de l’avortement au Canada.

Justifiez vos réponses.

Pour approfondir

Le droit à l’avortement demeure une question controversée. Dans le camp pro-choix, on soutient que la justice reproductive et les droits reproductifs ont un rôle essentiel à jouer dans les enjeux liés à la lutte contre la pauvreté : offre insuffisante en matière de services de garde, sortie d’une relation abusive, menaces de stérilisation forcée, préoccupations personnelles en matière de santé, etc. La Loi canadienne sur la santé garantit l’accès à des services de santé, et puisque l’avortement est considéré comme un service médical sécuritaire, légal, couvert par les assurances et financé, une femme ne devrait pas avoir à payer pour un avortement. Pourtant, au pays, l’accès à l’avortement varie d’une province à l’autre (songeons par exemple au cas du Nouveau-Brunswick).

Activité 3

Pourquoi estime-t-on que la politique canadienne de services de garde est mal conçue et peu abordable pour les familles ?

Pour approfondir

En réponse au manque de places dans les garderies, les familles qui peuvent se le permettre embauchent des gardiennes à domicile, souvent venues des Philippines. Ainsi, par nécessité économique, ces aides familiales doivent laisser leurs propres enfants pour s’occuper de ceux des autres dans un pays étranger. L’incitatif, pour devenir gardien ou gardienne d’enfants au Canada, se rattache à la promesse d’obtenir le statut de résident permanent après deux ans de service. Pour ces personnes, un tel état de fait donne lieu non seulement à une situation de précarité d’emploi, mais au risque d’être exploitées. Immigration Canada travaille à une refonte du programme des aides familiaux étrangers, qui précise maintenant que les personnes n’ayant pas accumulé deux ans de service avant le 29 novembre 2019 ne seront pas admissibles à la résidence permanente.

Jse-Che Lam est une enseignante au secondaire qui vit à Toronto. Elle a enseigné l’anglais, l’histoire, la science politique, l’éducation civique et divers cours de sciences sociales. Elle s’intéresse notamment aux récits sur l’immigration, aux enjeux urbains et à tous les sujets qui se rapportent au cinéma, à la littérature et aux politiques produits au Canada.

To read this post in English, click here.

Découvrez d’autres mini-leçons | Visionnez des films éducatifs sur ONF ÉducationAbonnez-vous au l’infolettre | Suivez ONF Éducation sur Facebook | Suivez ONF Éducation sur Twitter | Suivez ONF Éducation sur Pinterest

Ajouter un commentaire

Commenter