Portraits d’Afghanistan : donner un visage humain aux chiffres

Portraits d’Afghanistan : donner un visage humain aux chiffres

Portraits d’Afghanistan : donner un visage humain aux chiffres

J’enseigne l’histoire du 20e siècle. Trop souvent, dans les discussions sur la guerre, les génocides ou tout autre conflit qui déchire une société, fait souffrir des innocents et anéantit des vies, je peine à donner un visage humain aux chiffres.

Bien des pays ont connu des conflits et des tragédies au cours des dernières décennies, et l’Afghanistan figure assurément parmi ceux-ci. Chacun des films de l’ONF proposés ici me semble donner aux élèves la possibilité de voir réellement les gens de ce pays et de mesurer toute la profondeur et la complexité de leur histoire à la lumière des énormes défis qu’il leur faut affronter. Ces documentaires fournissent au jeune public l’occasion de voir des gens lutter, non seulement pour survivre, mais pour s’épanouir au sein de leur propre culture. Ils lui permettent d’aller à la rencontre d’une population « assoiffée de paix », selon une expression tirée d’un des films.

Les boxeuses de Kaboul

Les boxeuses de Kaboul, Ariel Nasr, offert par l'Office national du film du Canada

Dans ce long métrage documentaire, un groupe de jeunes femmes afghanes hors du commun rêvent de représenter leur pays comme boxeuses aux Jeux olympiques de 2012, vivant au passage une transformation à la fois personnelle et politique. 

Bonjour Kandahar

Bonjour Kandahar, Ariel Nasr, offert par l'Office national du film du Canada

Ce documentaire d’Ariel Nasr met au jour les cruels dilemmes auxquels sont confrontés les Afghans durant la présence canadienne. Il nous présente de jeunes Canadiens d’origine afghane déchirés entre la volonté profonde d’aider l’Afghanistan et la crainte que les choses n’y changent jamais. Bonjour Kandahar soulève en outre une question : la mission du Canada en Afghanistan serait-elle en train d’échouer ?

Utilisations proposées

Chacun de ces documentaires convient à une diversité de matières : histoire, art, études des médias, études cinématographiques, religion, éthique, littérature, géographie, politique, justice sociale ou études sociales. Vous pouvez également les regarder tous les trois dans le cadre d’un cours sur la justice sociale ou d’un cours d’histoire.

Les boxeuses de Kaboul se prête particulièrement à un cours sur la justice sociale. Bonjour Kandahar, cadrerait bien dans un cours d’études sociales de 10e année ou dans un cours d’histoire de 12e année. Pour qui cherche à enseigner l’histoire de manière imaginative, inspirante et pertinente, un module basé sur ces trois films est tout indiqué.

Vous pouvez également prévoir des activités qui précèdent, accompagnent ou suivent le visionnage afin d’encadrer la découverte des films et le cours auquel ils s’intègrent, et concevoir vos approches pédagogiques en vous inspirant des concepts tirés de votre programme et des documentaires. Pour ma part, j’ai invité mes élèves de 12e année à voir intégralement et sans préparation Les boxeuses de Kaboul et Bonjour Kandahar. La discussion libre qui a suivi s’est révélée riche et prenante. En témoignent ces commentaires des élèves sur Les boxeuses de Kaboul. 

« Ce film m’a fait prendre conscience des différences culturelles. Je m’attendais quand même à un écart radical par rapport à la culture occidentale que nous connaissons [et à laquelle] nous sommes habitués. En général, les filles au Canada ne se font pas imposer de normes de genre, contrairement aux Afghanes. Nous n’avons pas besoin de la permission des hommes pour réaliser nos passions ou [faire] quelque chose d’aussi simple que de sortir de la maison. »

« Dans le documentaire, le frère d’une des boxeuses s’oppose à ce sport. On peut vraiment voir à quel point les stéréotypes et les normes propres au genre façonnent sa manière de penser : il a peur que leur famille soit ostracisée parce que sa sœur exerce un sport considéré comme masculin. »

« J’ai trouvé très intéressant de constater que la vie de ces filles pas beaucoup plus âgées que moi était si différente simplement à cause de leur foi et de l’endroit où elles vivent. Les activités qui me sont si facilement accessibles au Canada sont non seulement difficiles à trouver en Afghanistan, mais dangereuses pour les filles qui les pratiquent. Ça m’a fait réfléchir à la chance que j’ai, mais aussi au courage qu’elles ont de tout risquer pour se livrer à leur passion. De plus, j’ai adoré la façon dont le film dépeint ces femmes. Il les montre comme de vraies personnes, avec des émotions et des combats intérieurs, plutôt que comme de simples sujets d’analyse qui sont là pour divertir. De ce fait, le film était authentique et il était facile de s’identifier à ce qu’elles vivaient, de les comprendre. J’ai éprouvé beaucoup d’empathie pour elles, mais aussi beaucoup de fierté parce qu’elles ont défié les normes sociales et ne se sont pas laissé marcher sur les pieds. Bien que le film soit assez court, il donne une image très claire de la situation et des sentiments de chacune. »

Je recommande d’utiliser ces films pour tenir ce que j’appelle une « séance d’apprentissage collaboratif ». Les élèves forment des équipes de cinq et l’un d’eux joue le rôle d’un modérateur qui formule des questions portant sur des enjeux précis tandis que les autres, deux par deux, développent des points de vue contrastés (mais pas nécessairement contradictoires). Quelle que soit l’approche, j’en témoigne : les questions explorées dans ces trois films — les droits des femmes, les réfugiés, et l’art dans une nation déchirée par un conflit idéologique, théologique et géopolitique — peuvent susciter des discussions passionnantes et enrichissantes entre les élèves.

Dale Martelli est père de six enfants et professeur d’un programme qui intègre l’histoire, la philosophie et la littérature mondiale à l’école secondaire technique de Vancouver. Il enseigne depuis 1981 dans des écoles primaires, secondaires et alternatives. Dale prépare actuellement un doctorat et est président de l’Association des professeurs d’études sociales de la Colombie-Britannique (BCSSTA).

To read this post in English, click here.

Découvrez d’autres blogues éducatifs | Visionnez des film éducatifs sur ONF ÉducationAbonnez-vous au l’infolettre | Suivez ONF Éducation sur Facebook | Suivez ONF Éducation sur Twitter | Suivez ONF Éducation sur Pinterest

Ajouter un commentaire

Commenter