Mini-leçon — Ce n’est pas un film !

Mini-leçon — Ce n’est pas un film !

Mini-leçon — Ce n’est pas un film !

Mini-leçon — Ce n’est pas un film !

Matières scolaires :

  • Journalisme
  • Valeurs éthiques
  • Questions de société actuelles
  • Population et colonisation

Âge recommandé : 15 ans et plus

b »Ce n'est pas un film! », b'Yung' b'Chang', offert par l'Office national du film du Canada

Avertissement : Images explicites de conflits violents

Mots-clés/sujets : Journalisme, Moyen-Orient, éthique, zones de combat, communication, technologie

Question directrice : Quelle est la responsabilité éthique d’un ou d’une journaliste en reportage dans une zone de conflit armé ?

Synopsis pédagogique : Le Moyen-Orient demeure une région du monde violente qui comporte des défis politiques, religieux et économiques importants. Robert Fisk a réalisé des reportages sur cette zone au cours des 40 dernières années et a été accusé d’être pro-Israéliens, pro-Arabes, pro-régime et pro-rebelles. Grâce à sa position unique de correspondant à l’étranger, à son éloquence et à sa conviction morale de faire de son mieux en tant que journaliste pour rendre compte de la vérité telle qu’il l’observe, nous avons la possibilité de voir ces événements non pas comme des histoires dignes d’un film, mais comme des horreurs qui frappent de vraies personnes. Il s’agit d’un documentaire très pertinent pour aider les élèves à explorer le rôle du journalisme et de l’éthique, ainsi que les répercussions du colonialisme et les luttes actuelles au Moyen-Orient.

Activité 1 : Table ronde

Les 4 C (protocole de réflexion illustré — modifié pour le film)

L’un des plus grands défis auxquels se heurtent aujourd’hui les journalistes est de se faire accuser de véhiculer de fausses nouvelles lorsqu’ils ou elles produisent des reportages dignes de confiance et éthiques. Robert Fisk écrit des articles d’opinion en plus de ses reportages journalistiques sur la situation au Moyen-Orient. Dans Ce n’est pas un film !, on demande au public de déterminer si Robert Fisk rend vraiment compte de la réalité ou s’il est plutôt un observateur et un reporteur partial.

Extrait #1 (1 min 21 s)
Extrait #2 (1 min 18 sec)

En utilisant la stratégie des 4 C, réalisez un carrousel silencieux. Après avoir visionné ce court extrait, inscrivez chacun des 4 C sur un tableau avec la question appropriée sous chacun (voir ci-dessous). Les équipes peuvent inscrire en silence leurs réponses et leurs idées sur chaque tableau, en passant à un nouveau tableau après un laps de temps déterminé. Une fois les quatre tableaux terminés, les équipes reviennent à leur point de départ pour lire tous les points, puis résument leur tableau oralement devant la classe.

  • Connexions : Quelles connexions établissez-vous entre les observations de Robert Fisk et votre propre vie ou vos autres apprentissages ?
  • Contestation : Quelles idées, prises de position ou suppositions voulez-vous contester ou mettre en question, dans l’extrait ?
  • Concepts : Quels concepts ou idées clés sont selon vous importants et méritent d’être retenus ?
  • Changements : Quels changements d’attitude, de pensée ou d’action sont suggérés par l’extrait, pour vous ou pour les autres ?

Approfondir

Extrait #3 (1 min 56 sec)

Où sont passés les Syriens ? Robert Fisk fait mention d’une « année zéro » pour le peuple syrien de Homs. À l’aide de reportages et d’informations sur les réfugiés de l’ONU provenant du site unhcr.org/fr, essayez de déterminer où se trouvent aujourd’hui les habitants de Homs. À votre avis, que réserve l’avenir à ces anciens citoyens de Syrie ?

Activité 2 : Le cercle socratique

Extrait #4 (1 min 48 sec)

Robert Fisk évoque son travail de journaliste couvrant l’Irlande du Nord à l’époque où l’Armée républicaine irlandaise était en rébellion contre le gouvernement britannique pour le contrôle de l’Irlande du Nord. Il se demande si un journaliste doit manifester ses émotions et ce qu’il a appris sur les idées préconçues et sur le fait de dire la vérité aux autorités. Dans un cercle socratique, demandez aux élèves de discuter des observations de Robert Fisk.

  1. Les journalistes doivent-ils ou doivent-elles être « du côté du pouvoir » ?
  2. Les journalistes doivent-ils ou doivent-elles laisser de côté toute émotion en réalisant un reportage ?
  3. Les journalistes doivent-ils ou doivent-elles se mettre en danger pour faire un reportage ?
  4. Un reportage sur un conflit donné doit-il être exempt de préjugés pour être efficace ?
  5. Quelles limites les journalistes doivent-ils ou doivent-elles prendre en compte en racontant l’histoire d’un conflit ?

Approfondir

Comparez deux reportages sur l’oléoduc Trans Mountain. Examinez le parti pris, le compte rendu des faits (vérifiez les faits et cherchez à les corroborer) et la portée émotionnelle. Qu’est-ce qui vous semble bien fait dans chaque article ? Quelles sont les faiblesses ? Quelles préoccupations avez-vous en pensant aux personnes qui liront ces articles ? Quelle est la responsabilité du lectorat ?

  1. « Ottawa dit non à Northern Gateway, mais approuve Trans Mountain », Radio-Canada, 29 novembre 2016.
  2. « Le gouvernement canadien donne son feu vert à l’extension de l’oléoduc Trans Mountain », Novethic, 25 juin 2019.

Activité 3 : Comparer et trancher

Robert Fisk écrit à la fois des dépêches d’actualité (articles courts traitant de faits ou d’événements dans les zones de conflit au Moyen-Orient) et une rubrique éditoriale (articles d’opinion sur les événements au Moyen-Orient). L’une des préoccupations soulevées, en ce qui concerne les médias actuels, est la brièveté des reportages, qui ne permettent pas de réaliser des interviews détaillées et d’obtenir des informations de fond qui aideraient le public à comprendre pleinement les questions traitées. Comparez une dépêche de Robert Fisk avec un de ses éditoriaux. Y a-t-il des preuves de partialité dans la dépêche, ou s’agit-il d’un écrit impartial ? Que vous révèle l’éditorial à propos des convictions de Robert Fisk ?

Articles en anglais.

  1. « Everything you were told about the Syrian war was wrong – until now », Independent, 7 novembre 2019. 
  2. « Hotel journalism gives American troops a free hand as the press shelters indoors », Independent, 17 janvier 2005.

Pour le point de vue de Robert Fisk, en français, sur sa position en tant que journaliste, écoutez l’entrevue que Marie-Louise Arsenault à mener avec lui à l’émission Plus on est de fous, plus on lit (à partir de 10 min 10 s).

Approfondir

Extrait #5 (1 min 53 sec)

Robert Fisk estime que l’attentat du 11 septembre contre les tours jumelles de New York trouve son origine dans l’implication des Américains et des Israéliens dans la colonisation des peuples palestinien, arabes et musulmans du Moyen-Orient. Cette colonisation se poursuit-elle ? Quelles preuves pouvez-vous trouver dans les médias d’information pour corroborer votre opinion ? Pourquoi Israël et les pays occidentaux seraient-ils intéressés par le contrôle des populations dans cette région ? Qui profite de l’instabilité au Moyen-Orient ? Que se passe-t-il lorsque des organisations du Moyen-Orient tentent d’attirer l’attention sur les défis auxquels sont confrontées leurs populations ? Qu’est-ce que cela vous amène à conclure ? Pouvez-vous adopter la position contraire ?

Cecile McVittie est actuellement directrice adjointe d’une école secondaire à Kamloops, en Colombie-Britannique. Elle a été enseignante-bibliothécaire pendant 22 ans et a enseigné de la maternelle à la 12e année pendant plus de 30 ans dans des écoles privées et publiques, en milieu urbain et en milieu rural. Elle est aussi actuellement professeure en ligne pour l’Université Queens. Elle se passionne pour l’éducation mondiale, la translittératie, la diversité, l’inclusion et la justice sociale. 

To read this post in English, click here.

Découvrez d’autres mini-leçons | Visionnez des film éducatifs sur ONF ÉducationAbonnez-vous au l’infolettre | Suivez ONF Éducation sur Facebook | Suivez ONF Éducation sur Twitter | Suivez ONF Éducation sur Pinterest

Ajouter un commentaire

Commenter