Mon palmarès des 10 meilleurs films de l’ONF | Perspective du conservateur

Mon palmarès des 10 meilleurs films de l’ONF | Perspective du conservateur

Mon palmarès des 10 meilleurs films de l’ONF | Perspective du conservateur

Le 22 avril dernier avait lieu la Journée du cinéma canadien. L’objectif avoué de cet événement est d’inviter les Canadiens et Canadiennes de partout à voir un excellent film d’ici.

Je vous en propose dix — les dix meilleurs, selon moi — parmi les quelque 2300 films de l’ONF en français offerts gratuitement sur notre site.

Vous ne serez certainement pas d’accord avec tous mes choix, mais je vous assure que chacun d’eux vaut le détour! N’hésitez pas à me suggérer un titre que vous jugez essentiel et que je n’aurais pas considéré ou encore à me soumettre votre liste des dix meilleurs films de l’ONF, en ajoutant votre commentaire ci-dessous.

Sans plus tarder, voici mon palmarès, de la dixième à la première position :

10

Le chapeau, Michèle Cournoyer, offert par l'Office national du film du Canada

9

Le chat dans le sac, Gilles Groulx, offert par l'Office national du film du Canada

8

Âme noire, Martine Chartrand, offert par l'Office national du film du Canada

7

Le steak, Pierre Falardeau et Manon Leriche, offert par l'Office national du film du Canada

6

Au chic Resto Pop, Tahani Rached, offert par l'Office national du film du Canada

5

Les enfants de Refus global, Manon Barbeau, offert par l'Office national du film du Canada

4

Le confort et l'indifférence, Denys Arcand, offert par l'Office national du film du Canada

3

La bête lumineuse, Pierre Perrault, offert par l'Office national du film du Canada

2

J.A. Martin photographe, Jean Beaudin, offert par l'Office national du film du Canada

1

Pour la suite du monde, Michel Brault et Pierre Perrault, offert par l'Office national du film du Canada

 

Découvrez également la liste des dix meilleurs films de mon collègue Albert Ohayon, conservateur de collection du côté anglais.

Ajouter un commentaire
  1. J’ajoute: »La liberté en colère » a ses grandes scènes. Vers la 30e minute, le repas que partage Chartrand, Gagnon et Vallières, tout un moment, particulièrement lorsque Chartrand a à répondre de la question du socialisme. Il synthétise avec une formule imagée et parlante dont il a le secret.

    — colinpratte,
  2. Merci pour cette sélection, dont quelques-uns des titres m’étaient inconnus. Hâte de découvrir.
    J’imagine qu’il a dû être difficile de se limiter à 10 titres. Personnellement, »Chez nous c’est chez nous » est un de mes préférés. Une pièce d’anthologie, touchante, surtout le personnage-trappeur Hilaire Minville de Grande Vallée. J’ai écouté et ré-écouté ce documentaire à la fois si beau et tragique…

    — colinpratte,

Commenter