Les réfugiés au Canada | Comment naît l’espoir ?

Les réfugiés au Canada | Comment naît l’espoir ?

Les réfugiés au Canada | Comment naît l’espoir ?

Vos élèves et vous-même en saurez plus long sur le vécu de nouveaux arrivants au Canada grâce à ces films uniques qui portent sur des réfugiés auxquels on peut universellement s’identifier.

À titre d’enseignante ou d’enseignant, tentez de recourir aux actualités pour sensibiliser les jeunes. La difficulté est de faire en sorte qu’ils se sentent concernés et de rattacher le sujet à votre programme d’études. Apprenez comment vous y prendre en explorant ces quatre films sur ce qu’ont vécu des réfugiés nouvellement arrivés au Canada.

Cet été, j’ai visité Kampala, en Ouganda, pour la première fois, en compagnie de ma femme et de ma mère. C’est la ville natale de ma mère. Elle n’y était pas revenue depuis que sa famille, comme tant d’autres, avait été forcée de fuir le régime brutal d’Idi Amin Dada en 1972, il y a de cela près de 47 ans.

Son histoire est à la fois unique et pourtant ordinaire pour une foule de gens dans le monde et ici même au Canada. J’enseigne à des élèves du secondaire et j’encadre des enseignants. La majorité d’entre eux non seulement viennent de familles d’immigrants, mais sont aussi des réfugiés qui espèrent avoir une vie meilleure et plus paisible au Canada. De plus en plus d’élèves viennent également de familles de réfugiés. L’importance d’en apprendre plus long sur ces expériences humaines et de donner des cours sur le sujet s’accroît sans cesse.

Les quatre films dont je traite dans le présent billet de blogue portent sur des réfugiés au parcours vraiment unique et nourrissent pourtant l’imagination par des thèmes intemporels, comme l’intolérance, la justice et l’espoir, qui trouvent un écho dans nos programmes d’études. Ces films favorisent l’acquisition de compétences interdisciplinaires : histoire, art, religion, éthique, littérature, géographie, politique et sciences sociales. Utilisez-les pour aider les élèves à former leur propre point de vue, à développer leur empathie, à explorer la continuité et le changement ainsi que les causes et les conséquences, à établir des liens et à exercer leur pensée critique.

Vous pouvez aussi envisager des activités avant, pendant et après le visionnage pour profiter au maximum des films et de vos leçons. Concevez vos méthodes d’enseignement autour de concepts présents à la fois dans votre programme d’études et dans les films.

De la sorte, vous :

  • lancez une invitation à apprendre qui est à la fois mobilisatrice et à faible risque ;
  • tirez parti des connaissances actuelles des élèves ;
  • montrez la pertinence du contenu dans la vie et le milieu des élèves ;
  • créez des occasions de transfert et d’établissement de liens ;
  • soutenez la réussite des élèves en mettant l’apprentissage au premier plan ;
  • intégrez des stratégies d’évaluation.

Gardez ces idées à l’esprit pendant le visionnage de ces quatre films sur l’expérience de réfugiés au Canada.

Welcome to Canada 

Welcome to Canada, Mary Fowles & Adam Loften, provided by the National Film Board of Canada

La narration de ce film est assurée par Mohammed Alsaleh, réfugié syrien de Vancouver qui travaille à l’accueil de nouveaux réfugiés venus de son pays natal. Ayant fui la guerre civile, il veut aider les autres à se bâtir une nouvelle vie. Le visionnage de ce film signé Mary Fowles et Adam Loften appuiera l’exploration de la continuité et du changement par les élèves. Mohammed a fait des études supérieures et vivait dans une ville multiculturelle très développée avant la guerre civile en Syrie.

Malgré la détention et la torture, il nous rappelle maintenant que nous sommes tous à la recherche d’une vie meilleure remplie d’espoir. Le film aborde aussi la responsabilité collective et l’éthique de la sollicitude dans la création d’une société commune et juste envers tous ses membres. Les élèves pourront s’identifier à ces sujets, ce qui vous permettra d’atteindre les objectifs de votre programme d’études.

Nul poisson où aller

Nul poisson où aller, Nicola Lemay et Janice Nadeau, offert par l'Office national du film du Canada

Dans ce film, une fillette, son poisson chéri et sa famille sont chassés de leur maison à la pointe du fusil. Dans cette société, la haine d’un groupe pour l’autre est à son paroxysme. Voilà qui semble cruel, inexplicable et pourtant inévitable.

La beauté de ce film d’animation signé Nicola Lemay et Janice Nadeau dépasse les exquises images d’aquarelle. Les cinéastes ont réussi à faire passer des idées complexes de guerre, d’intolérance et de déracinement qui, sans être simplifiées à outrance, sont faciles à comprendre pour les élèves. On ne sait pas où se déroule l’histoire, ce qui traduit bien le sentiment d’anonymat et d’insignifiance ressenti par tous les réfugiés dans une crise. Ce film fournit une excellente activité d’introduction à l’exploration de situations parallèles, présentes ou passées, issues du programme d’études.

19 jours

19 jours, Asha Siad et Roda Siad, offert par l'Office national du film du Canada

Vous êtes-vous jamais demandé ce qui se passe quand un réfugié arrive au Canada… en hiver ? L’attention est tellement tournée vers le conflit que les nouveaux arrivants viennent tout juste de quitter qu’on oublie parfois tout ce que leur réinstallation suppose de démarches terre-à-terre et pourtant étonnamment difficiles. En braquant la caméra sur la phase initiale de réinstallation, ce documentaire nous aide à saisir la dimension humaine des crises de réfugiés qui affligent le monde de nos jours.

Ce film signé Asha et Roda Siad porte autant sur les 19 premiers jours suivant l’arrivée des réfugiés au Canada que sur les travailleurs du centre de réinstallation chargés de les soutenir dans leur établissement à Calgary. En classe, le film servira à explorer les éléments constitutifs d’un milieu habilitant et les mérites d’une approche globale du développement humain. Les personnes figurant dans le film nous rappellent l’importance de la prévisibilité, de la famille, de la communauté et de l’investissement dans le développement à long terme.

L’ange-paon

L'Ange-Paon, , offert par l'Office national du film du Canada

Dawod est un garçon de 12 ans appartenant à la communauté yézidie, une minorité religieuse kurde. Il vit maintenant à London, en Ontario, avec sa mère, Naro. Avant de fuir l’Irak, ils ont été capturés puis torturés par le groupe État islamique (Daech) pendant neuf mois. Je vous recommande ce film de Peter Svatek, à vous et à vos élèves, pour en apprendre davantage sur ce que c’est que d’être réfugié et explorer les concepts fondamentaux de justice, d’espoir et de dignité humaine, ainsi que de nombreux autres inscrits aux programmes d’études du secondaire.

J’ai particulièrement aimé l’utilisation de l’ange-paon, au sens littéral et au sens figuré. Dawod, comme le paon, se retire et se referme quand les choses vont mal, mais s’ouvre quand elles vont bien. Les élèves seront à même de s’identifier à ce concept métaphorique à la fois simple et puissant, ce qui les aidera à transférer leur apprentissage à d’autres matières et à l’appliquer dans leur vie, ainsi qu’à éprouver de l’empathie pour les personnes qui vivent des situations semblables. Inspirés par le documentaire, les élèves sentiront peut-être qu’ils ont le pouvoir, par des actes simples, d’être eux-mêmes une source d’espoir pour les jeunes de leur école, ce qui pourrait ainsi servir de tremplin pour un projet d’action sociale.  

Asif-Aly Penwala est un enseignant expérimenté du secondaire et un mentor titulaire d’une double maîtrise de l’Institut d’éducation de l’Université de Londres. Il a enseigné et travaillé avec des enseignants un peu partout au Canada et dans d’autres pays, dont la France, Madagascar, les États-Unis, l’Angleterre et le Tadjikistan. Il a aussi exercé dans des communautés constituées d’immigrants et de réfugiés.

 

To read this post in English, click here.

Découvrez d’autres blogues éducatifs | Visionnez des film éducatifs sur ONF ÉducationAbonnez-vous au l’infolettre | Suivez ONF Éducation sur Facebook | Suivez ONF Éducation sur Twitter | Suivez ONF Éducation sur Pinterest

Ajouter un commentaire

Commenter