Sélection du samedi : la beauté dans toute sa complexité

Sélection du samedi : la beauté dans toute sa complexité

Sélection du samedi : la beauté dans toute sa complexité

Cette semaine, nous vous suggérons cinq films qui mettent en lumière la beauté au féminin, vue sous différents angles.

La beauté même, de Monique Fortier (1964)

Parfaitement d’actualité, ce court métrage explore la beauté incarnée par « la femme universelle » qui cherche à plaire et qui s’inquiète de son apparence. Une de nos plus grandes comédiennes, Monique Miller, donne vie à ce personnage. En parallèle, le film tente de cerner l’idéal de beauté recherché par la femme et suggéré par le monde de la publicité.

La beauté même, Monique Fortier, offert par l'Office national du film du Canada

Françoise Durocher, waitress, d’André Brassard (1972)

Le duo Brassard-Tremblay exprime, à travers les traits de 24 femmes différentes, la réalité de la « fille de table québécoise ». Celle que l’on croise tous les jours, qui nous sourit, en oubliant les pépins du quotidien auxquels elle fait constamment face. Une plongée dans l’univers féminin qui a fait la marque des créateurs, tant en littérature qu’au théâtre.

Françoise Durocher, waitress, André Brassard, offert par l'Office national du film du Canada

Imparfaite, d’Andrea Dorfman (2010)

Court métrage d’animation, Imparfaite présente avec douceur une jeune fille qui apprend à s’accepter telle qu’elle est. Les images d’Andrea Dorfman montrent que l’amour et l’estime personnelle commencent à l’intérieur de soi avant tout.

Imparfaite, Andrea Dorfman, offert par l'Office national du film du Canada

Les nuits de Tokyo, de Penelope Buitenhuis (2000)

Au Japon existe le concept des « hôtesses », de jeunes femmes dont le statut se situe à mi-chemin entre celui de geisha et celui d’escorte. Le documentaire explore cette réalité, où des femmes occidentales sont invitées à déménager en terre nippone pour rejoindre ce cercle très prisé des hommes d’affaires. Ce réseau repose sur la marchandisation du corps de la femme et demeure illégal.

Les nuits de Tokyo, Penelope Buitenhuis, offert par l'Office national du film du Canada

La couleur de la beauté, de Elizabeth St. Philip (2010)

Renee Thompson, une ambitieuse jeune femme noire, tente sa chance afin de devenir mannequin à New York. Derrière ce mode de vie glamour, elle découvrira un univers impitoyable, où la peau blanche représente le summum de la beauté. Un documentaire d’une actualité percutante, qui dévoile l’envers de la médaille d’un monde réputé pour être dur et sans pitié.

La couleur de la beauté, Elizabeth St. Philip, offert par l'Office national du film du Canada

Sur Facebook et Instagram :

La beauté même (Extrait)

« Je me suis souvent demandé ce qui fait la beauté… »Paru en 1964, ce court documentaire de Monique Fortier est l'une de nos premières œuvres sur les femmes, réalisées par une femme.🎬 Visionnez le film au complet → http://bit.ly/2NyLIam

Posted by ONF on Monday, September 10, 2018

Ajouter un commentaire

Commenter