De la banalité du mal et la nécessité du bien

De la banalité du mal et la nécessité du bien

De la banalité du mal et la nécessité du bien

La charge est lourde à porter, mais elle nous enrichit.  Cette charge, c’est le contenu tragique, universel et rude trouvé dans la chaîne « Droits de la personne » sur le site web de l’ONF.

Ce monde est fait de luttes. De luttes en cours comme des luttes pour redresser un passé injuste. Dans le but de comprendre leurs origines ou leurs pertes, des gens voyageront, loin, très loin. Dans Mon fils sera arménien, Patrick Masbourian accompagne le cinéaste en Arménie, dans le but de comprendre un peu mieux le sort de cette famille disparue qu’il n’a jamais connue.

Les sœurs de Raoul Léger se rendront au Guatemala pour y retracer les derniers jours de leur frère, missionnaire laïque, près des pauvres, vraisemblablement tué par l’armée. Son sort est presque identique à celui Miguel Woodward, prêtre torturé et tué au bord de l’Esmeralda, un voilier chilien officiellement prestigieux sur lequel la marine chilienne aurait torturé des centaines de personnes dans les années 70. Encore une fois, une autre famille bouge, s’informe, questionne, dans le but d’établir sinon la justice, du moins la paix intérieure via une vérité si difficile à déterrer.

Le côté obscur de la Dame Blanche, Patricio Henríquez, offert par l'Office national du film du Canada

Tandis que ceux qui infligent le mal jouissent d’impunité ou d’anonymat, ceux qui tentent le bien vivront inévitablement une certaine ségrégation : à un très jeune âge, Hannah Taylor, fondatrice de la fondation Ladybug, se fait interroger avec adulation et distance par des camarades de classe : son implication exceptionnelle auprès des itinérants la rendra à jamais différente.

L'histoire d'Hannah, , offert par l'Office national du film du Canada

Et Claudette Picard, qui se qualifie elle-même de simple goutte dans l’océan, se sent inévitablement aliénée lorsqu’elle retourne au bercail : cette docteure sans frontières, impliquée au Libéria, au Congo et ailleurs, se sent de plus en plus étrangère dans sa famille, coupable à ses yeux d’une abondance probablement obscène. La scène est déchirante : sa mère n’arrive pas à réconcilier sa fille d’un coté, qui pense toujours aux démunis, et sa famille de l’autre, qui souhaite s’offrir des cadeaux à Noël. Rien de trop extravagant, mais c’est trop pour elle. Dans ce champ de maïs, on le voit : le parcours de ces deux femmes est scindé.

Ensuite se trouve la banalité du mal. Il en va d’extrêmes, comme ce village au Soudan, subissant la famine, qui se fait attaquer par des milices armées au moment même où les affamés reçoivent un peu de nourriture tant attendue de la communauté internationale. Le moment est déchirant, mais l’équipe d’Attendre ne peut pas rester sur les lieux : c’est la fuite pour eux, et la mort pour d’autres. Et puis le mal se fait aussi plus subtilement, en s’incrustant dans la société, en se justifiant de déités : ce marchand afghan exprime son dégout face à la présence de femmes non-voilées dans le magazine Killid, qui peine à survivre et informer les Afghans à travers les multiples crises qui ravagent leur pays. Cet homme, sans aucune honte ou gêne, raconte comment il empêche aux femmes autour de lui de rire en public. Les déboires de la démocratie, raconte-t-il.

Chroniques afghanes, Dominic Morissette, offert par l'Office national du film du Canada

On cherche toujours l’espoir parmi le malheur, et on le retrouvera peut-être chez Claudette Picard et Hannah Taylor, ou bien chez Quatre femmes d’Egypte. C’est un espoir mince, mais ces femmes, que tout doit séparer dans un pays où les démarcations religieuses déterminent tant de choses, restent amies, respectueuses et diplomates, malgré les échanges houleux et les divergences apparemment irréconciliables. Peut-être que l’espoir réside là ; dans la conscience d’une différence aigue et dans la volonté simultanée de transcender ces différences.

C’est lourd, voir tout ceci, le mal que le monde s’inflige à lui-même. Mais c’est absolument essentiel.

Ajouter un commentaire

Commenter