Nostalgie, quand tu nous tiens

Films

Je ne vous surprendrai pas si je vous dis que j’ai passé le congé des fêtes à visionner des films à la télévision. Vous êtes sûrement nombreux à avoir fait comme moi. Du Sapin a des boules à Maman, j’ai raté l’avion, en passant par la programmation toujours populaire de Ciné-cadeau à Télé-Québec, j’ai plongé tête première dans les classiques de mon enfance avec la joie d’une petite fille qui vient de recevoir une robe de princesse en cadeau (vous savez exactement ce que je veux dire).

Année après année, on ne se tanne pas de revoir nos films préférés en rafale. La période des fêtes, surtout quand il fait -30 degrés Celsius dehors, est un moment parfait pour pratiquer le cocooning dans notre salon.

C’est donc avec cet élan de nostalgie, et 5 kilos en trop, que nous avons programmé cette semaine 5 courts métrages de fiction de notre enfance, tous tirés de la fameuse série Toulmonde parle français de l’ONF des années 1970.

Les « troubbes » de Jonnhy

Les « troubbes » de Johnny par Jacques Godbout, Office national du film du Canada

Fiction fantaisiste sur la chanson « Conception » de Robert Charlebois. Réalisé par Jacques Godbout, ce film raconte les déboires d’un jeune homme trop passionné par autre chose que sa « blonde » qui le quittera, évidemment… Il partira à sa poursuite, évidemment…

Le violon de Gaston

Le violon de Gaston par André Melançon, Office national du film du Canada

Retombez en enfance avec ce film d’André Melançon, dans lequel Gaston, un jeune garçon, est déchiré entre le désir de donner un récital de violon et celui de jouer une importante partie de hockey.

« Les Oreilles » mène l’enquête

« Les Oreilles » mène l’enquête par André Melançon, Office national du film du Canada

Retrouvez cette bande de jeunes garçons, qui manigancent des mauvais coups afin de ramasser assez d’argent pour s’acheter une radio émettrice, dans cette fiction d’André Melançon.

Les tacots

Les tacots par André Melançon, Office national du film du Canada

Jamais deux sans trois… Voyez cet autre film d’André Melançon, mettant en scène une bande de garçons qui refusent de partager un secret avec des filles. Mais n’ayez crainte, celles-ci n’ont pas dit leur dernier mot!

Paow, Paow, t’é mort!

Paow, Paow, t’é mort! par Robert Poirier, Office national du film du Canada

Court métrage de fiction de Robert Poirier sur de jeunes garçons qui s’amusent à jouer aux cowboys et aux Indiens. Dans les rues de Montréal, ils imitent les grands westerns et revivent à leur façon les mille péripéties de la vie mouvementée de leurs héros avec beaucoup de spontanéité et de justesse.

***

Mes meilleurs vœux pour 2014

J’aimerais prendre un moment pour vous souhaiter une bonne année : une montagne de bonheur, une santé solide comme du béton (c’est le plus important), de l’amour en quantité industrielle et, pourquoi pas, une tonne de découvertes cinématographiques inoubliables.

En ce début 2014, nous entamons en grande pompe la saison des galas (Grammy, César, Oscar, Victoire…) et surveillons de très près l’arrivée des Jeux olympiques de Sotchi. Souhaitons-nous collectivement que le Canada continue de se démarquer en 2014 et que le talent canadien, qu’il soit sportif ou créatif, soit une fois de plus récompensé à sa juste valeur. Des statuettes et des médailles? Amenez-en!

Une très joyeuse année à tous!