Michel Brault_blogue

Michel Brault (1928-2013)

Films

C’est avec beaucoup de chagrin que nous apprenions ce week-end le décès de celui qui aura été l’un des fondateurs du cinéma québécois, le grand Michel Brault. Il a succombé à une crise cardiaque samedi, alors qu’il était en visite à Toronto. Il était âgé de 85 ans. Sa contribution à notre cinématographie nationale est immense.

Un géant de notre cinéma

Directeur photo et caméraman inventif, ingénieux et à l’œil aiguisé, producteur, scénariste, cinéaste maîtrisant autant la fiction que le documentaire, pionnier de l’équipe française à l’ONF dans les années 1950, chef de file du cinéma direct, l’influence de Michel Brault s’étend au-delà des frontières du pays. Il a travaillé en France avec, notamment, Jean Rouch, Edgar Morin et Mario Ruspoli. Son nom figure au générique de plus de 200 films.

Des débuts fracassants

Michel Brault découvre la photographie et le cinéma avec son ami d’enfance Claude Jutra, avec qui il entretiendra, tout au long de sa carrière, une fructueuse collaboration. Il tourne d’ailleurs son premier film avec lui, Le dément du lac Jean-Jeunes (1948).

Photographe de formation, il entre à l’ONF en 1956, alors que l’institution vient tout juste de s’installer à Montréal. Il collabore à la série Candid Eye, une série de films pour la télévision mise sur pied par les cinéastes anglophones du studio B. Il y découvre une nouvelle technique de tournage basée sur l’idée d’une captation du moment présent et sur la manipulation d’une caméra légère et plus mobile. Mais c’est avec l’équipe française, dont il sera l’un des pionniers, qu’il fera surtout sa marque. Il contribue à inventer une nouvelle manière de faire du cinéma à l’ONF, tant au point de vue technique (caméra mobile et participante, éclairage ambiant, son en synchronie avec l’image) qu’au point de vue de l’approche (fréquentation préalable des gens filmés, travail d’équipe). C’est avec ses amis et collaborateurs Pierre Perrault, Claude Jutra, Marcel Carrière, Claude Fournier et Gilles Groulx qu’il contribue à la création d’un nouveau langage cinématographique et qu’il donne au cinéma canadien-français son identité.

Michel Brault - Cinéma directChef de file du cinéma direct

C’est dans ce cadre qu’il tourne, avec Gilles Groulx, Les raquetteurs (1958), un film presque clandestin, qui constitue l’acte de naissance du cinéma direct à l’ONF. Suivront Félix Leclerc troubadour (1958), Jour de juin (1959), Golden Gloves (1961), La lutte (1961), À Saint-Henri le cinq septembre (1962), Les enfants du silence (1962), Québec-U.S.A. ou l’invasion pacifique, courts métrages documentaires où, à titre de caméraman ou de réalisateur, il expérimente les techniques du cinéma direct. Cette expérimentation trouvera son aboutissement avec le long métrage documentaire Pour la suite du monde (1962), chef d’œuvre du cinéma direct, qu’il coréalise avec Pierre Perrault.

 

 

Durant cette période, Michel Brault se consacre également à la fiction avec les courts métrages Le temps perdu (1964) et Geneviève (1965), ainsi que le long métrage Entre la mer et l’eau douce (1965). Dans les années 1970, il participe à deux documentaires importants sur les notions d’identité et de pays : Un pays sans bon sens! (1970) de Pierre Perrault, comme caméraman, et L’Acadie l’Acadie?!? (1971) comme coréalisateur, toujours avec Perrault.

 

Un maître de l’image

En tant que maître incontesté de l’image, Brault signe certaines des plus belles directions photographiques de l’histoire du cinéma canadien. Nous n’avons qu’à penser à la beauté des images des films À tout prendre (1963), Mon oncle Antoine (1971), sacré meilleur film canadien de tous les temps, et Kamouraska (1973) de Claude Jutra, ainsi que Le temps d’une chasse (1972) et Les bons débarras (1979) de Francis Mankiewicz, un joyau du cinéma québécois écrit par l’auteur Réjean Ducharme, pour nous en convaincre.

Il était également un caméraman attentif, sensible et inventif. Des films comme Les raquetteurs (1958), Pour la suite du monde (1962) ou Les ordres (1974), pour lequel il obtient le Prix de la mise en scène au festival de Cannes, sont truffés de cadrage et de mouvements de caméra audacieux, originaux, libérateurs oserions-nous dire, et toujours riches de sens. Ses directions photo étaient tout aussi inventives. Mentionnons Les mains nettes (1958), où il fait preuve de beaucoup d’audace en n’utilisant que de l’éclairage ambiant pour tourner certaines scènes; geste qui à l’époque était absolument impensable pour quiconque savait comment éclairer un film!

Les derniers films

Dans les années 1980 et 1990, il se tourne vers la réalisation de films pour la télévision. Mentionnons Les noces de papier (1989), un long métrage de fiction avec Geneviève Bujold, et Ozias Leduc… comme l’espace et le temps (1996), un documentaire sur le célèbre peintre de Saint-Hilaire. Il réalise également deux longs métrages de fiction pour les salles de cinéma : Mon amie Max (1994) et Quand je serai parti… vous vivrez encore (1999). En 2002, il réalise son dernier film, La Manic, un documentaire sur la construction du barrage Manic 5 dans les années 1960.

©Photo par Lois Siegel - Michel Brault, 1986

Amoureux du cinéma jusqu’à son dernier jour et habité d’une très grande générosité envers des jeunes cinéastes de la relève, Michel Brault est demeuré un mentor, si ce n’est une idole, pour nous tous. Il avait d’ailleurs offert une classe de maître à l’ONF l’an dernier à la demande de sa grande amie Monique Simard, directrice générale du Programme français. Nous nous sentions privilégiés de le rencontrer en personne à la salle de projection Pierre Perrault (une heureuse coïncidence) de l’ONF, mais nous ne nous doutions pas que ce serait, pour nous, la dernière fois.

Merci M. Brault pour tout ce que vous avez fait pour le cinéma québécois! Une nouvelle génération de cinéastes de grand talent – Denis Villeneuve, Xavier Dolan, Jean-Marc Vallée, Anne Émond, Chloé Robichaud et plusieurs autres – continue de faire rayonner le cinéma d’ici à l’international. Vous pouvez maintenant reposer en paix. Le cinéma québécois continuera d’exister et de s’épanouir! Et c’est grâce à vous!

*Ce billet est une collaboration entre Catherine Perreault, rédactrice Web, et Marc St-Pierre, conservateur de collection.

***

« Il faut le dire, tout ce que nous avons fait en France dans le domaine du cinéma-vérité vient de l’ONF (Canada). C’est Brault qui a apporté une technique nouvelle de tournage que nous ne connaissions pas et que nous copions tous depuis. » – Le monde.fr

« C’est dans le fabuleux laboratoire qu’était l’Office national du film, au début des années 60, que Michel Brault a trouvé sa voie, à l’instar de toute une génération de cinéastes (parmi lesquels Pierre Perrault, Gilles Groulx et Claude Jutra) qui a ni plus ni moins donné naissance au cinéma québécois. » – Marc Cassivi, La Presse

« Il était considéré comme l’un des pionniers du cinéma québécois, un homme qui a permis à la cinématographie canadienne de faire se faire connaître à travers le monde. » – Radio-Canada

Des débuts fracassants

Michel Brault découvre la photographie et le cinéma avec son ami d’enfance Claude Jutra, avec qui il entretiendra, tout au long de sa carrière, une fructueuse collaboration. Il tourne d’ailleurs son premier film avec lui, Le dément du lac Jean-Jeunes (1948).

Photographe de formation, il entre à l’ONF en 1956, alors que l’institution vient tout juste de s’installer à Montréal. Il collabore à la série Candid Eye, une série de films pour la télévision mise sur pied par les cinéastes anglophones du studio B. Il y découvre une nouvelle technique de tournage basée sur l’idée d’une captation du moment présent et sur la manipulation d’une caméra légère et plus mobile. Mais c’est avec l’équipe française, dont il sera l’un des pionniers, qu’il fera surtout sa marque. Il contribue à inventer une nouvelle manière de faire du cinéma à l’ONF, tant au point de vue technique (caméra mobile et participante, éclairage ambiant, son en synchronie avec l’image) qu’au point de vue de l’approche (fréquentation préalable des gens filmés, travail d’équipe). C’est avec ses amis et collaborateurs Pierre Perrault, Claude Jutra, Marcel Carrière, Claude Fournier et Gilles Groulx qu’il contribue à la création d’un nouveau langage cinématographique et qu’il donne au cinéma canadien-français son identité.

Chef de file du cinéma direct

C’est dans ce cadre qu’il tourne, avec Gilles Groulx, Les raquetteurs (1958), un film presque clandestin, qui constitue l’acte de naissance du cinéma direct à l’ONF. Suivront Félix Leclerc troubadour (1958), Jour de juin (1959), Golden Gloves (1961), La lutte (1961), À Saint-Henri le cinq septembre (1962), Les enfants du silence (1962), Québec-USA ou l’invasion pacifique, courts métrages documentaires où, à titre de caméraman ou de réalisateur, il expérimente les techniques du cinéma direct. Cette expérimentation trouvera son aboutissement avec le long métrage documentaire Pour la suite du monde (1962), chef d’œuvre du cinéma direct, qu’il coréalise avec Pierre Perrault.

Durant cette période, Michel Brault se consacre également à la fiction avec les courts métrages Le temps perdu (1964) et Geneviève (1965), ainsi que le long métrage Entre la mer et l’eau douce (1965). Dans les années 1970, il participe à deux documentaires importants sur les notions d’identité et de pays : Un pays sans bon sens! (1970) de Pierre Perrault, comme caméraman, et L’Acadie l’Acadie?!? (1971) comme coréalisateur, toujours avec Perrault.

Un maître de l’image

En tant que maître incontesté de l’image, Brault signe certaines des plus belles directions photographiques de l’histoire du cinéma canadien. Nous n’avons qu’à penser à la beauté des images des films À tout prendre (1963), Mon oncle Antoine (1971), sacré meilleur film canadien de tous les temps, et Kamouraska (1973) de Claude Jutra, ainsi que Le temps d’une chasse (1972) et Les bons débarras (1979) de Francis Mankiewicz, un joyau du cinéma québécois écrit par l’auteur Réjean Ducharme, pour nous en convaincre.

Il était également un caméraman attentif, sensible et inventif. Des films comme Les raquetteurs (1958), Pour la suite du monde (1962) ou Les ordres (1974), pour lequel il obtient le Prix de la mise en scène au festival de Cannes, sont truffés de cadrage et de mouvements de caméra audacieux, originaux, libérateurs oserions-nous dire, et toujours riches de sens. Ses directions photo étaient tout aussi inventives. Mentionnons Les mains nettes (1958), où il fait preuve de beaucoup d’audace en n’utilisant que de l’éclairage ambiant pour tourner certaines scènes; geste qui à l’époque était absolument impensable pour quiconque savait comment éclairer un film!

Les derniers films

Dans les années 1980 et 1990, il se tourne vers la réalisation de films pour la télévision. Mentionnons Les noces de papier (1989), un long métrage de fiction avec Geneviève Bujold, et Ozias Leduc… comme l’espace et le temps (1996), un documentaire sur le célèbre peintre de Saint-Hilaire. Il réalise également deux longs métrages de fiction pour les salles de cinéma : Mon amie Max (1994) et Quand je serai parti… vous vivrez encore (1999). En 2002, il réalise son dernier film, La Manic, un documentaire sur la construction du barrage Manic 5 dans les années 1960.

Amoureux du cinéma jusqu’à son dernier jour et habité d’une très grande générosité envers des jeunes cinéastes de la relève, Michel Brault est demeuré un mentor, si ce n’est une idole, pour nous tous. Il avait d’ailleurs offert une classe de maître à l’ONF l’an dernier à la demande de sa grande amie Monique Simard, directrice générale du Programme français. Nous nous sentions privilégiés de le rencontrer en personne à la salle de projection Pierre Perrault (une heureuse coïncidence) de l’ONF, mais nous ne nous doutions pas que ce serait, pour nous, la dernière fois.

Merci M. Brault pour tout ce que vous avez fait pour le cinéma québécois! Une nouvelle génération de cinéastes de grand talent – Denis Villeneuve, Xavier Dolan, Jean-Marc Vallée, Anne Émond, Chloé Robichaud et plusieurs autres – continue de faire rayonner le cinéma d’ici à l’international. Vous pouvez maintenant reposer en paix. Le cinéma québécois continuera d’exister et de s’épanouir! Et c’est grâce à vous!