Mini-leçon — Quand toutes les feuilles seront tombées

Mini-leçon — Quand toutes les feuilles seront tombées

Mini-leçon — Quand toutes les feuilles seront tombées

Mini-leçon — Quand toutes les feuilles seront tombées

Matières scolaires :

  • Études autochtones
    • Identité/société
  • Éducation civique ou à la citoyenneté
    • Responsabilité citoyenne
  • Santé/développement personnel
    • Intimidation et discrimination/identité
    • Santé mentale/stress/suicide

Âge recommandé : 12 ans et plus

b'Quand toutes les feuilles seront tombées', b'Alanis' b'Obomsawin', offert par l'Office national du film du Canada

Mots clés/sujets : Histoire canadienne, territoire, nature, famille, créativité, santé mentale, racisme, bien-être, intimidation, identité, société, Premières Nations, Autochtones, justice sociale

Question directrice : Que faire pour créer un sentiment de bien-être lorsque nous nous heurtons à des expériences de vie difficiles ?

Synopsis pédagogique : Unique élève autochtone d’une école blanche dans les années 1940, Wato perçoit parfaitement, à huit ans, l’hostilité qu’on manifeste à son endroit. Le milieu bienveillant de la réserve où elle était autrefois chez elle lui manque cruellement et la grave maladie de son père accentue son isolement. En classe, lorsque l’enseignante lit aux élèves un passage d’un manuel d’histoire décrivant les peuples autochtones comme ignorants et cruels, les préjugés s’enracinent encore davantage. Timide et vulnérable, Wato devient la cible de l’intimidation et de la brutalité. Seule devant sa souffrance, elle puise le réconfort et la force dans l’univers protecteur de ses rêves magiques.

ACTIVITÉ 1 : Faire équipe et donner un autre titre au film

Extrait #1 (3 min 25 s)

En équipes de deux, expliquez en quoi le titre du film évoque l’expérience de la petite fille autochtone. Demandez-vous en quoi le lien avec la nature est un symbole de bien-être. Comment ce symbole a-t-il influé sur le choix du titre ?

Donner un autre titre au film

Si vous deviez renommer le film, quel en serait le nouveau titre et pourquoi ?

Prolongement de l’activité

  1. À tour de rôle, les élèves se lèvent et disent leur titre à voix haute.
  2. Affichez les nouveaux titres aux murs de la salle de classe.
  3. Les élèves font le tour de la classe et lisent les nouveaux titres en s’interrogeant sur les raisons qui ont mené à leurs
  4. Toujours en équipes de deux, mais en changeant de coéquipier ou de coéquipière, chaque élève essaie de déterminer en quoi le nouveau titre de son ou sa partenaire reflète le film.

Résumé

Dans une scène de cet extrait, la petite fille regarde par la fenêtre en songeant à la maladie de son père et se remémore les paroles de sa mère : « Regarde par la fenêtre. Tu vois l’arbre dans la cour ? Quand toutes les feuilles seront tombées, si ton papa est toujours là, cela veut dire qu’il sera là encore une autre année. » Bien qu’isolée de son père qui lui a insufflé un sentiment identitaire et lui a permis de comprendre l’oppression dont son peuple est victime, la petite fille réussit à établir un lien avec le peu de nature qui l’entoure dans son nouvel environnement pour comprendre le sort de son papa.

Les paysages champêtres sur lesquels s’ouvre le film contrastent avec l’absence de nature qui caractérise la ville. Les scènes initiales symbolisent le lien étroit qu’entretient la petite fille avec ses racines, sa terre et son peuple. La terre est le symbole de ce qui nourrit en elle son sentiment de bien-être et d’appartenance. Coupée de la relation à la terre, la ville incarne pour la petite fille le sentiment que son vécu la coupe de sa relation à elle-même. C’est la nature, ses ancêtres et son esprit créatif qui l’aident à faire face au traumatisme qu’elle vit à l’école.

ACTIVITÉ 2 : Remplir une carte d’organisation d’idées à quatre quadrants

Extrait #2 (2 min 51 s)

Travail autonome, en petits groupes ou avec la classe entière.

Si les élèves travaillent de manière autonome, demandez-leur de plier une feuille de papier vierge de 216 mm × 279 mm (8 ½ po × 11 po) en une carte d’organisation d’idées à quatre quadrants. S’ils travaillent en petits groupes ou avec la classe entière, divisez une large feuille de papier pour affiches ou un tableau blanc en quatre parties égales. Dessinez un petit cercle au centre et, dans ce dernier, écrivez ENFANT. Attribuez les caractéristiques suivantes aux quadrants : affectif, physique, mental et spirituel.

Faites un remue-méninges pour déterminer les répercussions négatives qu’a pu engendrer l’expérience de la jeune protagoniste du film dans chacun des quadrants représentant son bien-être global. Réfléchissez aux effets immédiats comme aux effets à long terme.

Écrivez les idées des élèves dans les quadrants appropriés.

Avec toute la classe, interrogez-vous sur le type de soutien ou les actions positives qui pourraient aider à effacer les effets néfastes sur le bien-être de l’enfant. Écrivez les idées suggérées sur des papillons adhésifs et placez ces derniers dans les quadrants où sont inscrites les répercussions négatives.

Prolongement de l’activité

Autrefois, il n’était pas possible de mettre en cause ou de confirmer la véracité de ce qui était largement enseigné dans les écoles ou propagé par des médias faisant la promotion de la haine et de la violence envers les Autochtones. Discutez de l’importance d’enseigner aujourd’hui la réflexion critique et d’inculquer aux élèves des connaissances numériques et médiatiques pour mettre fin à la propagation de fausses informations ayant pour objectif de promouvoir la disparité entre différents groupes de personnes.

Résumé

À l’école, ce qu’on apprend à la petite fille sur son peuple d’un point de vue non autochtone est inexact. Cet enseignement est contraire à ce qu’elle a véritablement vécu, aux souvenirs qu’elle a de sa famille, de sa culture et de sa communauté.

Ces fausses informations sont à l’origine de croyances néfastes et d’histoires erronées au sujet des peuples des Premières Nations. De quelle manière contribuent-elles à perpétuer les disparités sociales et à alimenter les préjugés au sujet des Autochtones en continuant d’avoir des conséquences sur le tissu social actuel ? Comment se fait-il que ces histoires fausses aient été largement acceptées et fassent, encore aujourd’hui, partie de la narration de l’histoire du Canada ? De quelle manière le système d’éducation peut-il contribuer à résorber ces stéréotypes et cette incompréhension à l’égard des Premières Nations ?

Dans de nombreuses communautés autochtones, la façon d’élever un enfant consiste à le placer au centre. Le sentiment de bien-être de l’enfant trouve un équilibre lorsque ce dernier est soutenu du point de vue affectif, physique, mental et spirituel. Avec l’aide de sa famille, de sa communauté, d’aidants, d’amis, des personnes qui lui enseignent et le conseillent, l’enfant peut préserver un sentiment de bien-être, même s’il lui faut affronter des expériences qui risquent de se révéler traumatisantes.

Dans le film, la petite fille pense aux aînés de sa famille et à son lien avec la nature, qui englobe le rapport à la terre et aux animaux, pour composer avec les expériences négatives qu’elle connaît. Elle utilise son lien au spirituel et à la créativité, ainsi que ses souvenirs, pour surmonter sa tristesse.

ACTIVITÉ 3 : Créer et présenter une exposition en classe

Extrait #3 (4 min 18 s)

CRÉATION : Décrivez et dessinez un personnage inspiré de la nature dont vous rechercheriez la présence si vous deviez faire face à des expériences similaires à celles que vit la petite fille dans le film. Ce personnage, qui peut s’inspirer d’un animal que vous aimeriez avoir près de vous si vous viviez des moments difficiles, sera une source de réconfort amusante et aimante. Donnez-lui un nom. Coloriez-le. Imaginez un environnement dans lequel vous vous sentirez calme et libre. Dans votre dessin et votre description, précisez où vous irez pour interagir avec ce personnage. Quel type de musique entendrez-vous quand vous interagirez avec lui ? Imaginez les moments que vous passerez ensemble. Dites à votre doux animal imaginaire tous vos espoirs, vos souhaits et vos rêves. Imaginez son rire.

Lorsque vous dessinerez et décrirez ce personnage et son environnement, imaginez comment la nature, les arts et l’imagination peuvent favoriser votre bien-être. Comment la créativité peut-elle vous aider lorsque vous vivez des moments difficiles ?

Exposition à la manière d’une galerie

Affichez au mur les œuvres des élèves à la manière d’une exposition dans une galerie. Demandez-leur de se déplacer dans la classe pour aller voir les représentations artistiques de leurs camarades.

Résumé

À la 18e seconde de la 8e minute du film, la petite fille se souvient que son père disait que « la plus cruelle torture, c’est le vol de nos territoires et l’élimination de nos langues. Un jour, notre peuple aura de nouveau une voix, et personne ne peut nous enlever ce qui vit dans nos cœurs, dans nos esprits, dans nos rêves ». Ce sentiment trouve un écho dans les dernières minutes du film, alors que la petite fille fait appel à ce qu’elle a dans son cœur, dans son esprit et dans ses rêves pour mettre à distance la douleur qu’elle ressent. C’est la créativité, la spiritualité, l’imagination et un lien très étroit à la nature qui lui permettent de retrouver un sentiment de bien-être (physique, affectif, mental et spirituel). Elle parvient à trouver des stratégies d’adaptation dans un environnement qui a pourtant créé une fêlure en elle. Comment un lien avec la nature et la créativité peut-il aider à réguler les émotions ?

Prolongement de l’activité

Création littéraire : Si le personnage imaginaire de l’histoire pouvait parler, qu’est-ce qu’il dirait à la petite fille ?

Pensée critique : Comment encourager et soutenir la résilience et l’épanouissement, alors que de mauvais traitements affectifs, physiques, spirituels et mentaux sont encore intentionnellement infligés aux Premières Nations ?

PASSER À L’ACTION

  1. Recherchez le mot « défenseur[e] » et imaginez comment votre école peut encourager la défense des droits et non l’inaction en ce qui a trait au racisme, à la violence et à la haine dont sont victimes les membres des Premières Nations. Demandez-vous si les stéréotypes négatifs et les préjugés envers les Autochtones sont devenus la norme dans la société canadienne.
  2. Cherchez des exemples de modèles autochtones. Créez une affiche pour une campagne visant à faire disparaître les préjugés envers les Premières Nations. Que peut-on faire en tant qu’individu ou groupe d’élèves pour contribuer à mettre un terme aux croyances néfastes et aux stéréotypes à l’endroit des Autochtones et pour favoriser la santé globale de la personne ?

Crystal Clark est une Métisse d’origine dénée et crie. Mère, enseignante, conseillère en éducation autochtone et artiste, elle s’emploie en outre à soutenir les appels à l’action. Elle a étudié les nouveaux médias à la Vancouver Film School, a obtenu un baccalauréat en éducation, un diplôme en beaux-arts et une maîtrise en technologies de l’éducation, ainsi qu’un diplôme en création littéraire autochtone et en arts visuels du En’okin Center. Elle possède également une vaste expérience de l’enseignement dans les communautés des Premières Nations, du développement des ressources, de la recherche et de l’enseignement axés sur les Autochtones à l’intention du corps enseignant de la province de l’Alberta, ainsi que de l’enseignement des technologies de l’éducation aux enseignants et enseignantes en formation.

To read this post in English, click here.

Découvrez d’autres mini-leçons | Visionnez des film éducatifs sur ONF ÉducationAbonnez-vous au l’infolettre | Suivez ONF Éducation sur Facebook | Suivez ONF Éducation sur Twitter | Suivez ONF Éducation sur Pinterest

Ajouter un commentaire

Commenter