Mini-leçon – Les Rose

Mini-leçon – Les Rose

Mini-leçon – Les Rose

Mini-leçon – Les Rose

Thèmes abordés :

  • Enjeux contemporains
  • Identité
  • Justice sociale
  • Histoire, droit
  • Éducation civique
  • Sciences sociales
  • Justice

Âges recommandés : 15 ans et plus

Les Rose, Félix Rose, offert par l'Office national du film du Canada

Mots clés/sujets : Conscience, droit, histoire, liberté, politique, éthique, vérité, crise d’Octobre, Révolution tranquille, histoire du Québec et du Canada

Question directrice : Quels aperçus le documentaire Les Rose donne-t-il des idéaux d’indépendance et de justice sociale défendus par Paul Rose ?

Synopsis pédagogique : L’intérêt du documentaire Les Rose repose en grande partie sur la réalisation exceptionnelle de Félix Rose, qui a interrogé pour l’occasion son oncle Jacques et quelques témoins de la crise d’octobre 1970. Le père de Félix, Paul Rose (1943-2013), a été l’un des principaux artisans de ce moment historique et a été reconnu coupable de l’enlèvement et du meurtre du ministre du Travail et de la Main-d’œuvre Pierre Laporte. Félix Rose cherche à comprendre les motivations profondes qui ont mené son père et son oncle Jacques à rejoindre les rangs du Front de libération du Québec (FLQ) et à participer aux actions de la cellule Chénier avec Francis Simard et Bernard Lortie, rencontrés à la Maison du pêcheur de Percé. Les activités proposées dans cette mini-leçon apportent un nouvel éclairage sur les luttes sociales et politiques qui se sont déroulées au Québec durant cette période et qui ont pour origine des inégalités bien antérieures à la crise d’Octobre.

Avertissements : Sujets délicats

Activité 1 : Portrait d’une jeunesse rassemblée à la Maison du pêcheur

Extrait #1 (7 min 52 s)

L’histoire du militantisme de la jeunesse québécoise des années 1960 et 1970 n’est pas étrangère au bouillonnement qu’a connu le monde à cette époque. Des événements de mai 1968 en France à l’émeute de mai 1970 à la Kent State University, des jeunes de partout manifestent. Parallèlement, de violentes luttes anticoloniales naissent en Afrique, en Asie et même en Amérique.

Au Québec, le nationalisme révolutionnaire prend forme et a la sympathie de jeunes gens politisés, francophones comme anglophones. Les forces indépendantistes sont de plus en plus visibles et organisées, un terreau favorable à la création d’une crise sociale et politique par quelques dizaines de jeunes.

À l’été 1969, les jeunes de la Maison du pêcheur semblent vivre temporairement en marge de la société, en rupture avec le monde légué par les générations précédentes. Les commerçants et les autorités municipales de Percé, en Gaspésie, craignent l’image que donnent ces jeunes aux touristes américains. C’est là que Paul Rose déploiera sa verve et que son frère Jacques et lui rencontreront Bernard Lortie et Francis Simard. Tous les quatre, ils formeront par la suite la cellule Chénier, responsable de l’enlèvement et de la mort du ministre Pierre Laporte.

Activité

  1. L’enseignant ou l’enseignante interroge les élèves sur les facteurs qui amènent les jeunes à ce décrochage existentiel, symbolique et social.
  2. L’enseignant ou l’enseignante invite ensuite les élèves à dresser un tableau des enjeux politiques et sociaux qui sont soulevés à la Maison du pêcheur.
  3. Finalement, les élèves communiquent leurs idées au groupe.

Résumé

Au terme de cette activité, les élèves comprendront que, à cet instant, les jeunes Jacques et Paul Rose, Bernard Lortie et Francis Simard s’entendent non seulement sur une critique formelle des institutions politiques et sociales, mais aussi sur une idéologie commune et sur la mise en œuvre de moyens de résistance.

Activité 2 : Analyse d’une caricature de Raoul Hunter[1]

Extrait #2 (1 min 52 s)

En lien avec l’activité précédente, les élèves sont amenés à analyser la caricature de Raoul Hunter fournie dans l’extrait, laquelle résume le rapport de force entre différents groupes présents à Percé. Une des fonctions de la caricature est de montrer de manière ironique la vie sociale et politique et ses contradictions. À sa façon, comment Hunter présente-t-il ce moment historique de l’été 1969 ?

Activité

  1. Les élèves donnent d’abord une description de ce qu’ils voient, sans suggérer une interprétation. Il n’est pas sans intérêt de présenter en détail le portrait physique des personnages (style vestimentaire, etc.), qui n’est pas étranger au mode de vie de ceux-ci. a) Qui sont les personnages et comment sont-ils représentés ? b) Quelle est leur attitude, leur posture, etc. ? c) Que cherche-t-on à mettre en contraste dans cette caricature ? d) Que voit-on comme activité ? e) Cette caricature fait-elle rire les élèves ? À quels sentiments cette situation correspond-elle ?
  2. L’enseignante ou l’enseignant anime ensuite une discussion durant laquelle les élèves interprètent la caricature pour découvrir un sens caché derrière les personnages, les objets ou le lieu. Que symbolisent-ils ? Existe-t-il une exagération des personnages ? Quelles sont les intentions de Hunter ? Pourquoi ce message est-il publié ? Quelle est l’opinion de Hunter sur la situation bien avant octobre 1970 ? Son message serait-il une critique politique ?
  3. Finalement, quelle conclusion doit-on tirer de cette caricature ? Les élèves relèvent le défi de résumer leur pensée en une seule phrase d’une vingtaine de mots.

Résumé

Durant l’activité, l’enseignante ou l’enseignant mettra en évidence les oppositions entre deux réalités distinctes : celle de jeunes bohèmes et celle de fières bourgeoises. La critique sociale et politique de Hunter montre des mondes difficilement réconciliables, chacun avec ses valeurs, ses principes et ses jugements, et ce, quelques mois avant le meurtre de Pierre Laporte.

Activité 3 : Analyse de la reconstitution du procès de Paul Rose

Extrait #3 (2 min)

Alors qu’il est en prison à perpétuité pour l’enlèvement et l’assassinat du ministre du Travail et de la Main-d’œuvre Pierre Laporte, Paul Rose enregistre à l’insu des autorités carcérales une reconstitution de son procès. Il faut dire que son avocat, Me Robert Lemieux, était incarcéré sous le coup de la Loi sur les mesures de guerre et que Paul Rose a choisi de se représenter seul. La difficulté du procès était de trouver des jurés un tant soit peu impartiaux. Les candidats-jurés devaient nécessairement être des hommes et posséder une propriété de valeur élevée. Les femmes et les classes populaires étaient exclues de la sélection.

Dans la reconstitution de son procès, Paul Rose soulève une fois de plus les idéaux sociaux et politiques qui l’habiteront jusqu’à la fin de sa vie en 2013. L’analyse d’un extrait sonore de ce projet théâtral interpellera les élèves quant à ses aspirations révolutionnaires de lutte de classes.

Activité

  1. L’enseignant ou l’enseignante demande aux élèves de repérer précisément les thèmes à connotation sociale et politique qui se dégagent de l’extrait.
  2. Les élèves expliquent pourquoi Paul Rose, comme leader du FLQ, voit son procès fictif (et réel) comme une lutte pour la libération du peuple du Québec.
  3. Les élèves croient-ils personnellement que Paul Rose aurait eu un vrai procès après la libération totale du peuple québécois ?

Résumé

En concluant cette activité, l’enseignante ou l’enseignant précisera les enjeux sociaux et politiques mis en scène, comme le capitalisme (le pouvoir de l’argent), les lois et l’ordre imposés par la police et l’armée (les armes) et le monde ouvrier, mais aussi le colonialisme britannique et la cour, la démocratie pour le peuple, la révolution et l’indépendance, autant de questions qui animeront la lutte de Paul Rose jusqu’à la fin.

Passer à l’action

Au début de cette mini-leçon, on se demandait quels aperçus le documentaire Les Rose donne des idéaux d’indépendance et de justice sociale défendus par Paul Rose. On aura vu le désir de participer à un mouvement socioéconomique et politique qui permettrait d’éveiller les consciences sur la réalité du peuple québécois. Ces extraits du film traduisent une volonté de rompre avec l’équilibre social et politique du Québec de 1970 et de faire advenir le Québec indépendant.

Les élèves rédigent un texte d’opinion et répondent à la question suivante : « Après l’échec des referendums sur l’indépendance de 1980 et de 1995, l’accession du Québec à la souveraineté est-elle aujourd’hui une volonté populaire très actuelle ? » 

[1] Pour en connaître davantage sur cet artiste, une visite du site personnel de Raoul Hunter (1926-2018) peut s’avérer enrichissante : http://www.raoulhunter.com/biographie.html (consulté le 15 octobre 2020).

 

Après avoir suivi une formation initiale en histoire, Richard Têtu s’est spécialisé dans la philosophie éthique puis dans l’enseignement. Enseignant d’expérience en éthique et en culture religieuse dans une école secondaire publique de la région de Québec, il est aussi chargé de cours en didactique de l’éthique à l’Université Laval et formateur pour les futurs enseignants en éthique professionnelle. À titre plus personnel, il s’engage auprès d’organismes communautaires qui luttent contre le racisme, la ségrégation scolaire et la défavorisation.

To read this post in English, click here.

 

Découvrez d’autres mini-leçons | Visionnez des film éducatifs sur ONF ÉducationAbonnez-vous au l’infolettre | Suivez ONF Éducation sur Facebook | Suivez ONF Éducation sur Twitter | Suivez ONF Éducation sur Pinterest

Ajouter un commentaire

Commenter