Refus global, le manifeste oublié | Perspective du conservateur

Refus global, le manifeste oublié | Perspective du conservateur

Refus global, le manifeste oublié | Perspective du conservateur

Il y a 72 ans, en août 1948, paraissait le manifeste Refus global, écrit par le peintre Paul-Émile Borduas et signé par 15 jeunes artistes d’avant-garde regroupés sous la bannière des « automatistes ».

Des peintres, écrivains, écrivaines et artistes de la scène, dont plusieurs sont des élèves de Borduas, professeur à l’École du meuble de Montréal, revendiquent la liberté d’être et de créer sans Dieu ni religion, et l’urgence de réaliser la plénitude de leurs dons artistiques.

Refus global et ouverture sur le monde

Le manifeste est en rupture totale avec la société dans laquelle il voit le jour, mais il propose aussi une ouverture sur le monde, la création, l’art et l’amour. En voici quelques extraits :

« Le règne de la peur multiforme est terminé. Dans le fol espoir d’en effacer le souvenir, je les énumère : peur des préjugés, peur de l’opinion publique, des persécutions, de la réprobation générale, peur d’être seul sans Dieu et la société qui isole très infailliblement, peur de soi, de son frère, de la pauvreté, peur de l’ordre établi […]. »

« Place à la magie! Place aux mystères objectifs! Place à l’amour! Place aux nécessités! »

« D’ici là, sans repos ni halte, en communauté de sentiment avec les assoiffés d’un mieux-être, sans crainte des longues échéances, dans l’encouragement ou la persécution, nous poursuivrons dans la joie notre sauvage besoin de libération. »

La grande noirceur

Le texte de Borduas a l’effet d’une bombe dans le Québec de la grande noirceur. Un Québec dirigé d’une main de fer par le premier ministre Maurice Duplessis. Un Québec immobilisé par le catholicisme et ses valeurs conservatrices. Un Québec dans lequel la religion est omniprésente et le clergé, partie prenante du pouvoir politique. Un Québec livré aux grandes entreprises américaines, qui condamnent les Canadiens français à des salaires de crève-la-faim et les relèguent au rang de citoyens de seconde classe. Un Québec rongé par la misère et la pauvreté. Un Québec dans lequel l’éducation supérieure est réservée aux plus nantis et les possibilités d’un avenir meilleur, complètement bouchées.

Un manifeste oublié

Refus global est un texte majeur dans l’histoire du Québec. Une œuvre libératrice, un acte révolutionnaire qui ouvre la porte à la modernité. Son auteur est devenu un peintre important, certains de ses signataires, de grands artistes. Pensons à Jean Paul Riopelle, Marcel Barbeau, Marcelle Ferron ou Claude Gauvreau. Pourtant, on n’en parle presque plus. Son anniversaire est rarement souligné. Ce billet voudrait rétablir la situation en vous proposant quelques films sur cet écrit historique et sur quelques-uns de ses signataires.

Les enfants de Refus global (1998)

Documentaire intimiste et puissant de la cinéaste Manon Barbeau, dont le père, le peintre Marcel Barbeau, fut cosignataire du manifeste. Tout en revenant sur l’importance du texte, le contexte dans lequel il a été écrit et le cheminement de certains de ses signataires, la cinéaste s’interroge sur les conséquences qu’a pu avoir le geste révolutionnaire d’une poignée d’artistes sur leur famille et leurs enfants. Elle part à la rencontre des filles de Riopelle, du fils et de la fille de Borduas, de la fille du peintre Jean-Paul Mousseau et renoue avec son frère, de qui elle a été longtemps séparée. Un film bouleversant qui jette un éclairage nouveau sur un épisode marquant de l’histoire du Québec.

Les enfants de Refus global, Manon Barbeau, offert par l'Office national du film du Canada

Paul-Émile Borduas, 1905-1960 (1962)

Tourné quelques années après la mort du peintre, décédé à Paris en février 1960 à l’âge de 55 ans, ce documentaire de Jacques Godbout revient sur les principales étapes de la vie et de la carrière du chef de file des automatistes. Bien que le film soit plutôt classique dans sa forme et sombre dans son esthétisme, il a l’avantage de nous faire découvrir plusieurs textes de l’artiste originaire de Saint-Hilaire, dont celui de son célèbre Refus global.

Paul-Émile Borduas (1905-1960) , Jacques Godbout, offert par l'Office national du film du Canada

Artiste à Montréal (1954)

Réalisé par une petite équipe de la production anglaise de l’ONF dans les années 1950, dans le cadre d’une série pour la télévision diffusée sur les ondes de la CBC et intitulée On the Spot, ce documentaire fascinant présente quelques artistes montréalais, adeptes du mouvement automatiste. La séquence tournée à L’Échouerie (un petit café de l’avenue des Pins, aujourd’hui disparu, où le groupe avait l’habitude de se réunir) est particulièrement intéressante. On peut y voir et entendre quelques-uns des signataires de Refus global, dont il n’est jamais question en passant, comme Claude Gauvreau, Fernand Leduc, Jean-Paul Mousseau et Pierre Gauvreau.

Artiste à Montréal, Jean Palardy, offert par l'Office national du film du Canada

Je vous invite également à voir les films suivants : Barbeau, libre comme l’art (2000), Ferron, Marcelle (1989), Claude Gauvreau, poète (1974), Bozarts (1969) et Canadiens errants (1956).

Ajouter un commentaire
  1. Il faut lire à ce sujet l’ouvrage de Sophie Dubois, Refus global. Histoire d’une réception partielle (PUM, 2017) pour saisir toute l’ampleur de la réception de ce collectif, qui n’a pas été si « oublié » que ça. Ses commémorations se multiplient au contraire depuis 50 ans. Le reportage « Artist in Montreal » est effectivement un document très riche sur les Automatistes, qui mérite d’être mieux connu. Merci !

    — louise.vigneault,

Commenter