Cinq films sur des personnalités québécoises marquantes

Cinq films sur des personnalités québécoises marquantes

Cinq films sur des personnalités québécoises marquantes

Cette semaine, découvrez cinq films qui mettent en lumière différentes personnalités ayant marqué l’histoire et la culture québécoises.


Le grand Jack

Ce documentaire revient sur la vie et l’œuvre de Jack Kerouac, auteur d’origine canadienne-française du célèbre roman Sur la route. Ponctué d’entretiens en français, le film d’Herménégilde Chiasson contient également des entrevues avec Allen Ginsberg ainsi que des reconstitutions d’époque inspirées de la vie de Kerouac.

Le grand Jack, Herménégilde Chiasson, offert par l'Office national du film du Canada

Une vie comme rivière

Simonne Monet-Chartrand a largement contribué à l’avancement de la société, et son engagement pour la cause des femmes, notamment, résonne encore aujourd’hui. Diane Cailhier et Alain Chartrand dressent son portrait dans le documentaire Une vie comme rivière.

Une vie comme rivière, Diane Cailhier et Alain Chartrand, offert par l'Office national du film du Canada

Hubert Reeves : conteur d’étoiles

À travers son discours sur l’environnement, son engagement et la façon qu’il a de militer pour un avenir meilleur, Hubert Reeves continue d’inspirer. Alors que le réchauffement climatique prend de plus en plus d’ampleur, ce documentaire demeure d’actualité et nécessaire.

Hubert Reeves : conteur d'étoiles, Iolande Cadrin-Rossignol, offert par l'Office national du film du Canada

Luce Guilbeault, explorActrice

Hommage à la comédienne Luce Guilbeault, qui a entre autres joué sous la direction de Denys Arcand et d’Anne Claire Poirier. Les deux cinéastes témoignent d’ailleurs de son talent et de sa grande générosité.

Luce Guilbeault, explorActrice, Marcel Jean, offert par l'Office national du film du Canada

Harmonium en Californie

En 1978, lors d’un voyage aux États-Unis, le groupe Harmonium va tâter le pouls des Américains et voir si la culture québécoise peut réussir à franchir les frontières.

Harmonium en Californie, Robert Fortier, offert par l'Office national du film du Canada

 

Ajouter un commentaire
  1. Un grand principe organisateur de la vie comme de toute chose selon Hubert Reeves serait une possibilité. Oui mais, voilà, ce pourrait être une certitude que nous ne ferions qu’approcher et non par hasard de surcroît puisque ce dernier concept n’existerait tout simplement pas comme serait (à) la mesure de notre ignorance disait Henri Poincaré, le mathématicien. Autrement dit, si pour la vie nous ne ferions que <> – terme prononcé par Hubert – qu’elle pourrait avoir des régularités (boire, manger, copuler, etc.) comme des organes et fonctions pour se réaliser, serait-ce dû au hasard? S’il y aurait des régularités, pourquoi à partir de là et par extension ne pourrait-il pas exister des lois susceptibles de les expliquer?

    Concernant la phrase célèbre d’Einstein au sujet d’un Dieu ne jouant pas aux dés, il ne faudrait pas oublier qu’elle aurait été prononcée par un des plus grands hommes de science de tous les temps et que ce ne serait pas tant sur Dieu qu’elle porterait, mais bel et bien sur celle de dé comme de probabilité. Ce qu’elle pourrait bien vouloir dire par conséquent ce serait que, n’étant pas libres pour nous tous à cause d’un principe d’incertitude comme d’indétermination de Heisenberg en physique quantique, nous serions toujours au minimum obligés de revoir nos calculs comme d’utiliser tous les moyens connus à ce jour dans le but d’essayer d’expliquer (de définir) une réalité qui pourrait bien toujours nous échapper jusqu’à la fin des temps.

    Pour encore dire les choses autrement, il n’y aurait que les monolithes ou les gaz qui pourraient être qualifiés de libres. Mais encore là, est-ce que même en l’absence de tous les paramètres, ces derniers ne répondraient pas à quelques lois reliées aux quatre forces de la nature (forces nucléaires faibles et fortes, l’électromagnétisme et la gravitation)? Il faudrait bien comprendre que, pas parce que nous ne connaîtrions pas tous ces paramètres, cela confirmerait la présence du hasard. Qu’il ne s’agirait pas non plus d’essayer de savoir à quoi pourrait ressembler un Univers comme une vie où tout serait déjà calculé d’avance et comme si nous avions tout sur un plateau d’argent, ces derniers concepts faisant déjà problème ontologiquement, à savoir qu’elles seraient leur définition (leur être). Vive Hubert!

    — jocelyn330ca,
  2. très beau documentaire sur Luce Guilbault ,merci .Cette femme fut un exemple pour moi .Que de talent ,de générosité et d’intelligence .
    merci
    Nathalie gascon

    — gasconn,

Commenter