Le chat dans le sac a 50 ans

Le chat dans le sac a 50 ans

Le chat dans le sac a 50 ans

L’année 2014 marque le 50e anniversaire de la sortie du film Le chat dans le sac (1964). Présenté pour la première fois au Festival du film de Montréal le 8 août 1964, où il remporte le Grand Prix du cinéma canadien, le premier long métrage de fiction de Gilles Groulx frappe, ce jour-là, de plein fouet son public, déconcerte quelques critiques et comble d’aise ceux qui attendaient encore le premier grand film québécois.

Film-miroir – l’expression est de Groulx – qui veut renvoyer une image des Canadiens français, enfermés dans une société dominée par une classe dirigeante majoritairement anglophone, provoquer une prise de conscience et forcer à agir pour changer les choses.

Chronique de la rupture d’un couple servant de métaphore à un Québec en devenir – le titre original était Chronique d’une rupture – film résolument moderne de par son sujet, son moyen de tournage et sa trame sonore qui comporte des pièces du légendaire jazzman américain, John Coltrane, Le chat dans le sac est sans contredit une œuvre phare de la cinématographie québécoise.

Le chat dans le sac, Gilles Groulx, offert par l'Office national du film du Canada

Genèse d’un film-culte

Pourtant, au départ, le film ne devait être qu’un court métrage de 20 minutes pour la télévision. En fait, le projet s’inscrivait dans une série de quatre courts métrages de fiction sur le thème de l’hiver destinés au petit écran. Soutenu par le producteur Jacques Bobet, trois des quatre courts prendront la forme d’un long métrage. L’hiver I deviendra La vie heureuse de Léopold Z (1965) de Gilles Carles. L’hiver II ne verra jamais le jour. L’hiver III sera La neige a fondu sur la Manicouagan (1965) d’Arthur Lamothe et L’hiver IV,  Le chat dans le sac.

Scène du film La vie heureuse de Léopold Z.
Scène du film La vie heureuse de Léopold Z.

Cinéma direct ou cinéma spontané?

Tourné en 13 jours, en 35 mm et avec un budget équivalent à celui d’un court métrage d’une demi-heure, le film emprunte aux méthodes de tournage et aux techniques du cinéma direct (tournage en continuité et en extérieur, équipe réduite, matériel léger, son synchrone), développées en partie par Groulx dans plusieurs de ses courts métrages à l’ONF (Les raquetteurs, 1958, Golden Gloves, 1961, Un jeu si simple, 1964). Pourtant, pendant le tournage du Chat, le cinéaste rejette déjà l’approche du cinéma direct, qu’il trouve forcée, et parle plutôt d’un cinéma spontané. Il travaille à partir d’un scénario déterminé à l’avance, mais demande aux acteurs d’improviser les dialogues en cours de tournage. Il s’inspire des événements de l’actualité pour construire son film, fait appel à de jeunes comédiens non professionnels proches de la réalité de ses personnages et invente une façon de diriger les acteurs en intervenant parfois dans les scènes tout en continuant à tourner.

blogue_chat
Barbara Ulrich et Claude Godbout dans Le chat dans le sac.

John Coltrane : sur un air de jazz

La trame sonore composée en partie de pièces du saxophoniste John Coltrane cadre tout à fait avec ce cinéma-spontané, ce scénario déterminé et ces dialogues improvisés. Les standards de jazz ne sont-ils pas des structures musicales déterminées qui laissent place aux improvisations des interprètes? Cinq pièces tirées du répertoire de Coltrane ont été enregistrées par John Coltrane et ses musiciens le 24 juin 1964 au studio de Rudy Van Gelder à Englewood Cliffs, au New Jersey, expressément pour le film et en présence de Gilles Groulx. Il s’agit de « Traineing In » (John Coltrane with the Red Garland Trio, 1958), « Naima » (Giant Steps, 1959), « Village Blues » (Coltrane Jazz, 1961), « Like Sonny » (Coltrane Jazz, 1961) et « Out of this World » (Coltrane, 1962) rebaptisée « Blue World » pour cet enregistrement. Le chat dans le sac est présenté cette semaine en vedette à ONF.ca dans le cadre de notre programmation spéciale sur les films des années 1960 en noir et blanc. Je vous invite à voir ou à revoir le premier long métrage de fiction d’un grand cinéaste, premier long métrage produit par le Programme français de l’ONF, qui célèbre aussi cette année ses 50 ans, un grand film qui marque l’entrée du cinéma québécois dans la modernité.


*Image d’en-tête : Claude Godbout et Gilles Groulx (à droite) sur le plateau de tournage du film Le chat dans le sac.

Ajouter un commentaire

Commenter