Deux films de l’ONF sacrés chefs-d’oeuvre

Deux films de l’ONF sacrés chefs-d’oeuvre

Deux films de l’ONF sacrés chefs-d’oeuvre

Lorsque j’étais enfant, je me demandais toujours ce que signifiaient les chiffres situés à côté des titres de films dans le TV Hebdo. Ce n’est que plus tard que j’ai compris que c’était la cote accordée aux films pour déterminer leur valeur cinématographique.

Ensuite, il m’a fallu comprendre pourquoi l’échelle d’appréciation était à l’envers : 7 pour un navet et 1 pour un chef-d’œuvre. Drôle de concept! Il faut dire qu’à l’époque, je travaillais fort pour obtenir 5 étoiles sur 5 à la petite école. La cote (1) signifie-t-elle qu’un film est le numéro un? Alors pourquoi attribuer cette note à plus d’un films? Sont-ils tous ex æquo en première position? Mystère.

Peu importe, on sait maintenant que Pinocchio et Bambi sont de très bons films (cote 3), que Brillantine (Grease) est un film plutôt moyen (cote 5), que 2001 : une parodie de l’espace, avec Leslie Nielsen, est minable (cote 7), alors que Le Kid de Chaplin et mon préféré, À bout de souffle de Godard, sont des chefs-d’œuvre (cote 1) du cinéma. On peut remercier le regretté Robert Claude Bérubé, fondateur de l’échelle d’appréciation chez Mediafilm en 1968, pour cette juste valeur accordée.

 

10 nouveaux chefs-d’œuvre

La semaine dernière, nous avons appris que 10 classiques du cinéma s’étaient vus attribuer la cote (1) – Chef d’œuvre par l’agence Mediafilm.ca. Ceux-là s’ajoutent au 135 films déjà existants. Parmi les nouveaux chefs-d’œuvre se trouve 2 classiques québécois : Les ordres (Productions Prisma – 1974) de Michel Brault et Mon oncle Antoine (ONF – 1971) de Claude Jutra. Ils s’ajoutent à Pour la suite du monde (ONF – 1962) de Pierre Perrault et Michel Brault, qui était à ce jour le seul film québécois bénéficiant de la cote (1).

C’est un tour du chapeau pour Michel Brault, qui a aussi été directeur photo sur Mon oncle Antoine. La semaine dernière, le festival Hot Docs de Toronto lui a d’ailleurs rendu hommage pour l’ensemble de son œuvre cinématographique. Je vous invite à lire ce texte de mon collègue Marc St-Pierre sur le sujet.

Deux des trois chefs-d’œuvre québécois ont été produits par l’ONF et sont offerts en visionnage gratuit sur notre site. Vous pouvez également les visionner ici-bas.

 

Qu’est-ce qu’un chef-d’oeuvre?

Un chef d’œuvre doit être une œuvre pionnière dans l’histoire du cinéma sur le plan philosophique, narratif, esthétique et technique. Il peut aussi être une œuvre-phare dans un genre cinématographique ou un mouvement artistique (pensez à la Nouvelle Vague française) ou une œuvre marquante d’un maître incontesté du cinéma. Mediafilm n’attribue jamais la cote (1) aux films âgés de moins de 15 ans.

Pour connaître les 10 nouveaux chefs-d’œuvre, cliquez ici (PDF)

Liste complète des 145 chefs-d’œuvre

Pour la suite du monde, Michel Brault et Pierre Perrault, offert par l'Office national du film du Canada

Mon oncle Antoine, Claude Jutra, offert par l'Office national du film du Canada

Ajouter un commentaire

Commenter