L’ONF s’engage à respecter votre vie privée

Nous utilisons des témoins de navigation afin d’assurer le bon fonctionnement du site, ainsi qu’à des fins publicitaires.

Si vous ne souhaitez pas que vos informations soient utilisées de cette manière, vous pouvez modifier les paramètres de votre navigateur avant de poursuivre votre visite.

En savoir plus
Zagreb Film et l’ONF : première en ligne d’un joyau cinquantenaire | Perspective du conservateur

Zagreb Film et l’ONF : première en ligne d’un joyau cinquantenaire | Perspective du conservateur

Zagreb Film et l’ONF : première en ligne d’un joyau cinquantenaire | Perspective du conservateur

« L’influence de Colin Low, Robert Verrall et Wolf Koenig, trois jeunes recrues de l’été 1945, sur le studio de l’ONF d’après-guerre a longuement persisté : ils se sont éloignés du graphisme expérimental pour encourager les techniques traditionnelles comme l’animation sur cellulo. [Traduction libre] »[i]

L’invitation du célèbre Zlatko Grgić à l’ONF à la fin des années 1960 est une heureuse conséquence du virage décrit ci-dessus par l’auteure Karen Mazurkewich. Cinéaste d’animation croate parmi les plus importants de tous les temps [ii], Zlatko Grgić a alors déjà réalisé huit films et remporté la Palme d’or à Cannes [iii]. Son passage à l’ONF donnera lieu à la production de 12 courts métrages d’animation extraordinaires, réalisés en partenariat avec la société croate Zagreb Film.

Le présent billet se penche sur ces films parfois dystopiques et souvent absurdes issus d’une collaboration exceptionnelle avec 27 artistes du studio d’animation de Zagreb. L’œuvre d’animation humoristique de Grgić Le feu? Pas pour les hommes! (1971), qui illustre la négligence de l’homme face au feu [iv], ouvre le bal. L’ONF a également le plaisir de présenter une version inédite du produit le plus mystérieux de cette alliance créative : le classique opus collectif Man the Polluter (dont il est plus amplement question plus bas).

Le feu? Pas pour les hommes!, Zlatko Grgi?, offert par l'Office national du film du Canada

Zlatko Grgić

Zlatko Grgić perfectionne sa technique d’animation et sa démarche esthétique dès son arrivée à l’ONF. Pour la plupart des films qu’il réalise pendant les années 1950 et 1960, il suit la méthode traditionnelle du dessin sur papier, se concentrant principalement sur l’animation de personnages dans des cadres statiques aux arrière-plans minimalistes. Si les films qu’il crée à l’ONF restent fidèles à son style personnel, ils comprennent également des arrière-plans complexes, des accessoires et des mouvements de caméra, comme en témoigne sa deuxième production Who Are We? (1974), un court métrage d’animation qui nous fait découvrir avec humour les différentes périodes et les divers visages de l’histoire du Canada. [v]

Who Are We?, Zlatko Grgi?, provided by the National Film Board of Canada

Les artistes de Zagreb et le film Man the Polluter

Au Canada, on apprécie à tel point le talent artistique de Zlatko Grgić que peu après son arrivée, l’ONF invite plusieurs autres artistes de Zagreb Film à le rejoindre. Il y aura d’abord Boris Kolar, dont la première collaboration avec l’ONF donne lieu à The Specialist (1971) [vi]. Le film raconte l’histoire d’une maçonne très compétente, diplômée d’une école spécialisée et propulsée vers les plus hautes sphères par son travail, et de son ancien ami, dont le professionnalisme pourtant tout aussi consciencieux entraîne la chute. [vii]

The Specialist, Don Arioli & Boris Kolar, provided by the National Film Board of Canada

L’année suivante (1972) paraît la coproduction de Zagreb Film et de l’ONF Man the Polluter, un long métrage d’anthologie composé de 14 courts métrages (pour en apprendre davantage sur la genèse, la production et la distribution de ce film, je vous invite à lire le billet d’Albert Ohayon). Le sujet de Man the Polluter était alors d’actualité et l’est devenu encore plus depuis : [viii] le film traite de la faculté de l’être humain à souiller son habitat et à ne pas s’en soucier. Le message de mise en garde est transmis avec un humour désopilant, une imagination débridée, du mouvement et un graphisme hors normes. [ix] Pour souligner le 50e anniversaire de ce film, nous le diffusons dans sa version originale, encore jamais rendue publique.

MAN THE POLLUTER, Boris Kolar & Dušan Vukoti?, provided by the National Film Board of Canada

Zagreb Film et l’ONF ont souhaité créer une deuxième version du film, plus accrocheuse, pour les ventes en Amérique du Nord et en Europe. La version originale est à mon avis plus intéressante, parce que dans les passages comiques, ce sont des acteurs qui présentent les séquences animées et assurent la transition de l’une à l’autre (alors que dans la deuxième version, ce sont les commentaires de Fred Knelman qui constituent les enchaînements).

Zagreb Film a contribué aux sept courts métrages remarquables [x] qu’englobe Man the Polluter. History of Pollution (00:03:21–00:09:10), de Dušan Vukotić, représente l’évolution comme le diable dans la Bible ; Seesaw (00:12:17–00:13:09), de Dušan Vukotić et Milan Blažeković, porte sur une balançoire à bascule permettant aux humains de respirer de l’air pur ; Ideal Silence (00:19:48–00:22:22), d’Aleksandar Marks, illustre la création d’un super héros qui fait disparaître la pollution sonore ; Reduction of People (00:22:42–00:25:42), de Boris Kolar, propose un moyen d’éviter la surpopulation ; Love Story (00:26:07–00:28:53), de Zlatko Bourek, dans lequel la science remplace les humains par des robots ; Hypnotism (00:29:01–00:30:53), d’Ante Zaninović, souligne la nature facilement influençable de l’esprit humain ; Brain Mechanized (00:41:35–00:43:05), de Nedeljko Dragić, relate la création d’anges mécanisés.

Plusieurs grands films incarnent également la participation de l’ONF au projet. Parmi ceux-ci, Dinosaur-Man (00:10:07–00:12:16) établit un parallèle entre notre évolution et celle des dinosaures, Waterdrop (00:12:28–00:14:35) nous montre une émission de télévision qui présente une goutte d’eau, et Time Machine (00:14:48–00:19:37) propose un moyen d’éliminer la pollution.

Fruit de la collaboration de véritables génies, Man the Polluter est la quintessence de l’animation : il traite de sujets extrêmement sérieux tout en nous faisant constamment hésiter entre le rire et les larmes.

Mer mère

En tout, 18 artistes [xi] de Zagreb Film ont participé à la création de Man the Polluter, dont Tea Brunšmid (montage) et Tomica Simović (musique [xii]). Dans les dossiers de l’ONF, la réalisation de Vulture est attribuée à Zlato Grgić, mais son nom ne figure pas au générique du film. Mer mère (1977), le dernier court métrage qu’il a réalisé à l’ONF, porte sur un thème similaire, soit l’évolution de l’être humain à partir de la mer et les problèmes qui en ont résulté. Zlato Grgić fait appel à l’humour afin de montrer que l’industrialisation conduit au gaspillage et à la pollution, qui à leur tour font des ravages sur l’équilibre délicat de nos écosystèmes. [xiii]

Mer mère, Zlatko Grgi?, offert par l'Office national du film du Canada

Un héritage unique

L’œuvre intemporelle et innovante dont il est question dans ce billet résulte d’une collaboration internationale sans précédent. Voilà une illustration parfaite de la création cinématographique exceptionnelle qui peut naître de la rencontre d’artistes de cultures différentes. L’ONF a toujours misé sur les nouvelles collaborations et j’espère que nous continuerons de voir des coproductions remarquables avec des organismes d’autres pays. En Asie, en Afrique et en Amérique latine, des centaines de cinéastes de talent attendent avec impatience l’occasion de faire découvrir leur travail au reste du monde.

Note du conservateur : Pour rédiger son billet, l’auteur de cette Perspective du conservateur a bénéficié de l’aide précieuse du personnel de la chambre forte, des archives et de la bibliothèque de l’ONF.


[i](version anglaise originale) «Three young recruits in the summer of 1945 would have a long impact on the postwar NFB studio–Colin Low, Robert Verrall and Wolf Koenig: they pushed the unit away from experimental graphics and encouraged traditional techniques such as cel animation.” Mazurkewich, Karen (1999). Cartoon Capers : The History of Canadian Animators. Toronto : McArthur & Company, p. 31.

[ii] Le film Dream Doll (1979, Zagreb Film) de Zlatko Grgić a été sélectionné pour un Oscar et le festival mondial du film d’animation Animafest Zagreb a créé un prix portant son nom : le prix Zlatko Grgić, décerné à la meilleure première production cinématographique hors des établissements d’enseignement.

[iii] Pour son court métrage d’animation The Musical Pig (1966), produit par Zagreb Film, que l’on peut voir ici : https://www.youtube.com/@ZagrebFilmOfficialChannel.

[iv] Description du film de l’ONF Le feu? Pas pour les hommes! : https://www.onf.ca/film/feu_pas_pour_les_hommes/

[v] Description du film Who Are We? de l’ONF : https://www.nfb.ca/film/who_are_we/

[vi] Film réalisé par deux artistes du Canada et six cinéastes de Zagreb Film. Photographie, Ivan Hercigonja et Valerija Horvat ; animation, Boris Kolar et Turido Pauš ; Assistant: Zdravko Pavičić; son, Mladen Prebil ; musique: Ozren Depolo. Music Editor: Tea Brunšmid. Source : générique du film The Specialist dans les dossiers de l’ONF.

[vii] Description du film The Specialist de l’ONF : https://www.nfb.ca/film/the-specialist

[viii] À la 27e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP27) qui s’est tenue en novembre 2022 en Égypte, les États de tous les continents ont convenu de fournir les milliards de dollars nécessaires pour mettre un terme à la déforestation dans le monde. Voir « COP27 : Leaders Boost Sustainable Forest Management » à l’adresse https://unfccc.int/news/cop27-leaders-boost-sustainable-forest-management (en anglais seulement).

[ix] Description du film Man the Polluter de l’ONF : https://www.nfb.ca/film/man_the_polluter/

[x] Générique et titres tirés d’une lettre qu’a envoyée Boris Kolar (directeur artistique de Man the Polluter) à Don Arioli et d’un scénario envoyé le 16 janvier 1972. Les deux documents proviennent du dossier du film Man the Polluter se trouvant dans les archives de l’ONF.

[xi] Boris Kolar, Ante Zaninović, Zlatko Bourek, Milan Blažeković, Dušan Vukotić, Vladimir Jutriša, Nedeljko Dragić, Alexandar Marks, Nikola Petričić, Pavao Štalter, Rudolf Borošak, Zvonimir Lončarić, Srdjan Matić, Branko Varadin, Teofil Bagašić, Frano Malogorski, Tea Brunšmid et Tomica Simović.

[xii] Tomica Simović a composé la musique d’Ersatz (1961) de Dušan Vukotić, lauréat de l’Oscar du meilleur court métrage d’animation en 1962.

[xiii] Description du film Mer mère de l’ONF : https://www.onf.ca/film/mer_mere/

Image d’en-tête : Man the Polluter: History of Pollution (1972), de Dušan Vukotić.

Ajouter un commentaire

Commenter