Coffret DVD_blogue

Canada Vignettes : un fleuron de notre histoire!

Films

Nous les avons tous vues à la télé, ces merveilleuses, brèves et passionnantes Canada Vignettes qui relatent l’histoire du Canada, depuis la fondation de la malheureuse République du Manitoba jusqu’aux exploits du pilleur de trains Bill Miner. Cette série de plus de 120 courts métrages nous a été présentée constamment depuis la fin des années 1970.

Comme l’ONF lance une compilation DVD de quelques-unes des meilleures Canada Vignettes juste à temps pour les fêtes, je me suis dit qu’il serait chouette d’afficher quelques lignes sur la façon dont ce projet a vu le jour et de mettre en relief certains des films les plus intéressants de la série.

L’histoire de Canada Vignettes remonte au début de 1977, lorsque le service des émissions jeunesse de la CBC a proposé à l’Office national du film de produire des courts métrages de cinq minutes tout au plus, que la chaîne pourrait utiliser en guise de compléments à sa programmation destinée aux enfants.  Le projet a intéressé l’ONF, qui s’est mis à chercher des moyens de le concrétiser.

Entre-temps, à Ottawa, les circonstances vont donner le coup d’envoi à l’initiative. Cette année-là, à l’automne, le secrétaire d’État annonce que le gouvernement attribuera 13 millions de dollars aux organismes culturels fédéraux en vue de promouvoir l’unité nationale. L’ONF reçoit pour sa part 2 millions de dollars de ce budget afin de produire des films qui seront diffusés sur les ondes de la CBC et largement inspirés des Bicentennial Minutes présentées par CBS aux États-Unis l’année précédente (à l’origine, la série devait d’ailleurs s’intituler Canada Minutes). Or, ni la CBC, ni l’ONF ne souhaite produire ou diffuser des œuvres de « propagande » : on convient donc, après en avoir discuté un certain temps, de concevoir des films sur l’histoire du Canada et sur les Canadiens célèbres. On rendra ainsi hommage au Canada sans que les images puissent être perçues comme de la propagande.

Radio-Canada accepte à son tour de se joindre au projet et de diffuser les films de cette série tournés en français. Au cours des trois années qui suivent, une équipe de 80 cinéastes de tous les coins du pays collaborent à la création, dont des artisans des centres de production de l’ONF à Winnipeg, Vancouver et Toronto. Les films produits sont dans une large mesure des vignettes d’animation qui présentent l’histoire du Canada d’une façon amusante. Certaines des vignettes sont glanées parmi du matériel extrait de longs métrages documentaires. L’objectif consiste à raconter une histoire intéressante en quelques minutes à peine. Il est décidé que les films ne comporteront pas de générique, mais seulement un titre.

Les premières Vignettes sont finalement expédiées en 16 mm à la CBC et à Radio-Canada en vue de leur diffusion. Même s’il est l’auteur du projet, le service des émissions jeunesse de la CBC prévient l’ONF qu’il ne sera pas en mesure de présenter des films de plus de deux minutes, les besoins de sa programmation ayant changé dans l’intervalle. Cette contrainte constitue un problème, dans la mesure où une vignette sur quatre dure plus de deux minutes. Le réseau principal consent toutefois à mettre les films les plus longs aussi bien que les plus courts à la disposition des stations affiliées, qui pourront ainsi choisir ce qu’elles préfèrent diffuser. Les films sont présentés aux heures de grande écoute et dans la case horaire des émissions jeunesse. Le film le plus populaire de la série à être diffusé sur les ondes de la télévision canadienne s’intitule Canada Vignettes : visages. Cette magnifique œuvre d’animation dépeint les visages du Canada (elle contient notamment un camée de Pierre Elliot Trudeau, alors premier ministre).

D’autres réseaux canadiens finissent eux aussi par choisir des films à diffuser, dont CTV, Global et TV Ontario. Le réseau TVA présente quant à lui les titres français durant plusieurs années, pour le plus grand plaisir des téléspectateurs. Les meilleures vignettes sont en outre vendues à diverses télévisions étrangères : Turquie, Italie, Algérie, Norvège et Royaume-Uni, pour n’en citer que quelques-unes.

Parmi les Canadiens et Canadiennes qui ont vu des œuvres de la série Canada Vignette, tous se souviendront des sœurs McGarrigle chantant La valse du maître draveur. Il s’agit d’ailleurs de l’un des films les plus visionnés sur ONF.ca (quelque 200 000 visionnages). Cela n’a rien d’étonnant, puisque l’animation a été présentée d’innombrables fois à la télévision et qu’elle compte parmi les trois films de la série à avoir été projetés en salle dans les années 1980 à la suite d’une entente conclue entre l’ONF et Cineplex Odeon. L’entente vise à présenter des courts métrages avant le programme principal dans les cinémas canadiens. Cineplex précise qu’il doit s’agir de très courts films et accepte d’en mettre trois à l’essai dans ses cinémas, sous réserve de la réaction du public soumis à un sondage à la sortie de la salle.

L’ONF se charge de fournir les films 35mm à Cineplex Odeon, qui en produit ensuite des copies d’exploitation destinées aux cinémas. Comme toutes les Canada Vignettes animées sont réalisées en 35mm, il se révèle plus simple d’en produire d’emblée des copies en 35mm plutôt que de les gonfler à partir d’une version en 16mm. Parmi les 22 vignettes qui lui sont proposées, Cineplex opte pour La valse du maître draveur, ainsi que pour Le cheval et L’édition nationale. Malheureusement, le public demeure indifférent aux films et Cineplex finit par les retirer de ses salles de cinéma (des trois films, c’est La valse du maître draveur qui suscite la réaction la plus favorable).

Également présenté au Festival d’animation d’Annecy (France), La valse du maître draveur mérite le prix du meilleur film d’animation étranger. Il est par la suite vendu à des cinémas d’Angleterre, d’Irlande, des États-Unis et d’Afrique du Sud. Le succès obtenu à Annecy entraîne également des ventes aux télévisions d’une dizaine de pays, en particulier la France, la Grèce, l’Australie et la Suisse.

Qu’il s’agisse d’apprendre le français avec humour ou d’entendre un magnifique chant des mineurs du Cap-Breton, les Canada Vignettes constituent désormais un fleuron de la nostalgie canadienne. Bon visionnage!