Arte et ONF2

ONF et ARTE : une coproduction de documentaires Web inédite

Interactif

Un texte de Matthieu Stréliski et Catherine Perreault

En juin dernier, nous vous avions annoncé un Nouveau partenariat entre l’ONF et ARTE. Les deux grandes institutions sont les seules pour le moment à produire des projets expressément destinés aux nouveaux médias.

Nous étions donc emballés d’apprendre que Joël Ronez, responsable du pôle Web d’ARTE, et Marianne Levy-Leblond, chargée de programme, Unité documentaire, étaient à Montréal cette semaine pour signer officiellement les contrats de deux coproductions (sur deux ans) avec l’ONF et mettre officiellement en branle le premier projet Code barre.

L'équipe de production en réunion. De g. à d. : Martin Viau, webmestre à l'ONF, Philippe Archontakis, directeur artistique pour Departement, Joël Ronez, responsable du pôle Web chez ARTE, et Pascal Brouard, réalisateur coordonnateur.

Code barre

Première coproduction internationale en matière de documentaires Web, ce projet portera sur les objets qui nous entourent. « Nous vivons dans un monde d’objets. Les jeunes n’ont jamais eu un aussi grand pouvoir d’achat et historiquement, les humains n’ont jamais été autant entourés d’objets de toutes sortes, affirme Hugues Sweeney, producteur principal des projets interactifs de l’ONF. Nous sommes donc partis de cette idée que les objets ont leur propre histoire. »

Ainsi, une quinzaine de réalisateurs, autant d’Europe que de l’Amérique du Nord, réaliseront plus d’une centaine de documentaires Web (d’environ 60 secondes), afin de nous offrir leur vision sur différents objets qui les entourent.

Premier projet d’une telle envergure, Code barre devrait servir de référence côté coproductions internationales pour les nouveaux médias. « Grâce à notre partenariat, nous allons atteindre un niveau d’exigence très important en matière de documentaires Web, confirme Joël Ronez d’ARTE. Avec nos expériences de productions respectives, nous allons nous enrichir mutuellement et bâtir un cadre de référence en réponse au manque de financement des productions Web », renchérit-il.

Joël Ronez, responsable du pôle Web chez ARTE, nous montre le processus de validation des films.

L’idée du format de Code barre a été trouvée  au cours du  21e Sunny Side of the Docs à La Rochelle l’été dernier, à l’occasion d’un atelier sur les contenus multiplateforme. « Chaque objet a un code barre et, à la lecture de ce code, l’utilisateur pourra déclencher un court métrage qui lui permettra de connaître l’histoire qui se cache derrière l’objet, nous explique Hugues Sweeney. Il y aura aussi une manière (qui reste à être déterminée) pour que les utilisateurs puissent ajouter leurs propres objets au projet. » Ce documentaire Web respectera donc les trois dimensions que l’on peut observer dans la grande majorité des productions d’ARTE et de l’ONF: celle de l’hypertexte (raconter une histoire de façon non linéaire), celle de la participation  de l’usager dans l’expérience et celle du temps réel. Des notions bien expliquées dans notre article sur Alexandre Brachet d’Upian.

Le projet entre officiellement dans sa phase de production. « Nous commençons le design et travaillons sur un pilote présentement », nous confirme Joël Ronez. L’ONF prend le devant pour la première coproduction et ce sera ARTE qui prendra la tête pour le deuxième. « Même si nous travaillons à distance, de chaque côté de l’océan, nous prendrons toutes nos décisions de manière bicéphale », ajoute Hugues Sweeney.

Les dangers d’un projet d’une telle envergure? « L’essentiel est de ne pas tomber dans le piège de la complexité en voulant réaliser un projet trop important, explique Joël Ronez. Dès le départ, il sera réalisé en trois langues : français, anglais et allemand, puisque nous sommes une institution franco-allemande et que l’ONF a aussi un mandat bilingue. »  Les deux institutions bénéficieront également d’un plus large public, d’où l’importance de choisir un terme rassembleur. « On part du modèle occidental de la relation à l’objet, nous dit Marianne Levy-Leblond. Mais tous les courts métrages seront des films d’auteur. L’accent sera mis sur la vision d’une personne et sur sa propre réflexion. »

Hugues Sweeney, producteur principal, projets interactifs de l'ONF, et Marianne Levy-Leblond, chargée de programme, Unité documentaire chez ARTE France

C’est pour quand?

Le projet Code barre est prévu pour l’automne 2011. Et bien sûr, nous vous tiendrons au courant.

D’ici là, nous vous invitons à découvrir les documentaires Web d’ARTE et les productions interact

*Les photos sont une gracieuseté d’Anne-Marie Lavigne, agente d’interactivité à l’ONF, qui fait équipe avec Philippe Archontakis à la scénarisation interactive et participative du projet.