Pause ONF | Quatrième épisode : Michel Huneault

Pause ONF | Quatrième épisode : Michel Huneault

Pause ONF | Quatrième épisode : Michel Huneault

Entre février et juillet 2017, le photographe et artiste visuel Michel Huneault a passé 16 jours à la frontière canado-américaine, plus précisément au chemin Roxham, le point d’entrée irrégulière le plus emprunté entre les deux pays.

Durant cette période, il a assisté à 180 tentatives de passages de demandeurs d’asile provenant de plus de 20 pays différents. De cette expérience, un projet de réalité virtuelle est né.

Avec tous les demandeurs d’asile qui tentent de traverser cette frontière, le chemin Roxham devient « un microcosme de tous les conflits, de toutes les crises du monde ». Huneault expose cette réalité avec retenue et respect : l’idée est de montrer comment se déroule la traversée et de susciter la discussion sur cet enjeu migratoire. Afin de préserver leur anonymat, les silhouettes à l’écran ont été recouvertes de divers tissus. Ceux-ci ont été photographiés par le créateur lors de la crise des migrants de 2015 en Europe.

Dans la peau des demandeurs d’asile

Le son et la photographie sont les deux principaux supports utilisés pour Roxham. À la fois sobre et minimaliste, l’œuvre en réalité virtuelle favorise un sentiment d’immersion très engageant. En effet, le spectateur est immédiatement happé par l’expérience. Les voix, les sons ambiants, les silhouettes recouvertes de tissus mènent à la découverte d’une réalité intersubjective, où l’on peut se mettre à la fois dans la peau des policiers de la GRC et dans celle des demandeurs d’asile.

Autrefois point de passage frontalier officiel, Roxham est tout ce qu’il y a de plus banal : une route anonyme, un obélisque blanc et un lampadaire avec des caméras de surveillance. C’est sur ce chemin d’à peine quelques mètres que ces êtres humains jouent leurs destins : devront-ils retourner dans leurs pays d’origine ou pourront-ils rester au Canada? Une expérience bouleversante à découvrir absolument.

Ajouter un commentaire

Commenter