Images impressionnantes de la construction du Biodôme de Montréal

Récemment, le Biodôme de Montréal a annoncé sa fermeture jusqu’en 2019 afin de procéder à des rénovations majeures. L’occasion est belle de revenir sur ses débuts avec L’arche de verre, de Bernard Gosselin, qui raconte la construction de ce lieu parmi les plus visités de la métropole.

L’équipe qui se cache derrière la construction du Biodôme est composée de jeunes scientifiques talentueux et passionnés. Leurs connaissances sont impressionnantes, tout comme le sont les installations nécessaires pour recréer les différents écosystèmes. Des arbres venus d’ailleurs sont plantés. Des bassins d’eau et leurs aménagements en pierre et en bois sont créés. Une température et une lumière adéquates sont primordiales.

L'arche de verre, Bernard Gosselin, offert par l'Office national du film du Canada

Les espèces présentes s’adapteront les unes aux autres et un habitat naturel verra le jour au fil du temps. Le fonctionnement des lieux dépend de plusieurs éléments : la nourriture pour les animaux, les dangers qu’ils peuvent représenter, leurs cycles de sommeil, leur santé et leur sécurité, etc.

Un pont entre l’humain et la nature 

Le Biodôme se veut un pont entre l’humain et la nature. Son environnement est également propice aux recherches : il est en effet possible de suivre l’évolution d’espèces animales en captivité, ce qui peut aider à leur survie, alors qu’elles peuvent être en danger d’extinction à l’état sauvage. À noter qu’il y a parfois des naissances, comme celle de bébés lynx ou encore d’un callimico de Goeldi, une espèce menacée.

 À sa création en 1992, le Biodôme était une première mondiale, et il n’a jamais été égalé depuis. Chaque année, il accueille des milliers de visiteurs et rapporte un revenu de 11 millions de dollars à la Ville de Montréal.