Parité : L’ONF annonce ses résultats pour 2017-2018

Fidèle à son engagement, l’Office national du film du Canada (ONF) annonce aujourd’hui ses résultats pour 2017-2018 en matière de parité hommes-femmes.

Les objectifs de parité ont été atteints tant pour le nombre de productions (47 %) que pour la portion des budgets dépensés (46 %). Le même constat s’applique à la scénarisation (47 % de femmes), alors qu’on enregistre des progrès en montage. Les efforts devront cependant se poursuivre en direction photo et en composition musicale, où le ratio hommes-femmes est encore inégal. Le talent existe, il faut le recruter. Rappelons qu’en 2016, l’ONF s’était formellement engagé à ce que, d’ici 2019, la moitié de ses productions soit réalisée par des femmes et à ce que la moitié des budgets de production soit allouée à des projets de réalisatrices.

Résultats pour 2017-2018* :

  • 47 % des œuvres réalisées l’ont été par des femmes (38 % par des hommes et 15 % par des équipes mixtes) ;
  • 46 % des sommes dépensées en production ont été affectées à des œuvres signées par des femmes (38 % à des œuvres signées par des hommes et 16 % à des œuvres signées par des équipes mixtes).

Il est à noter que les productions réalisées par des équipes mixtes sont passées de 5 % à 15 % en 2017-2018.

En 2017, l’ONF a ajouté de nouveaux objectifs de parité dans des postes clés de création pour 2020.

Résultats pour 2017-2018* (projets terminés) :

  • 47 % de femmes à la scénarisation ;
  • 38 % de femmes au montage ;
  • 13 % de femmes à la direction de la photographie ;
  • 4 % de femmes à la composition musicale.

* Chiffres pour l’année financière s’étalant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018.

Viser la parité, c’est aussi agir en faveur de la diversité et de l’inclusion, puisque les réalisatrices proviennent de toutes les générations et de tous les horizons. C’est également reconnaître le talent : à ce jour, sur 132 prix remportés à l’ONF cette année, 79 d’entre eux, soit 60 %, le sont pour des œuvres signées par des femmes. Au bout du compte, nous sommes tous et toutes les grands gagnants et gagnantes de ces objectifs paritaires, car la qualité et la variété des œuvres proposées en sont pleinement enrichies. –  Claude Joli-Coeur, commissaire du gouvernement à la cinématographie et président de l’ONF.

Soulignons également une année prolifique de productions féminines de haut calibre. Expo 67 Live de Karine Lanoie-Brien, 24 Davids de Céline Baril, Naissance d’une famille de Tasha Hubbard, Le chemin de la guérison, le 50e film d’Alanis Obomsawin (sélectionné au Canada’s Top Ten Film Festival de Toronto), Droit devant de Marie Clements, Homestay de Paisley Smith, Rubans de Torill Kove (sélectionné au Canada’s Top Ten Film Festival), Manivald de Chintis Lundgren, Un homme meilleur d’Attiya Khan et Lawrence Jackman, Un printemps de Keyu Chen et J’aime les filles de Diane Obomsawin ne sont que quelques exemples de productions audacieuses et récompensées au cours de cette année.

 L’an dernier, l’ONF annonçait aussi la création d’une « banque de talents » où les professionnelles pouvaient soumettre leur portfolio et leur CV. À ce jour, près d’une centaine de femmes s’y sont inscrites. Leur candidature est maintenant accessible pour tous les studios de l’ONF et le sera très bientôt auprès d’organismes tels que Réalisatrices Équitables (RÉ), Femmes du cinéma, de la télévision et des médias numériques (FCTMN) et Film Fatales, avec qui l’ONF travaillera à la promotion de ces talents. Dans le même esprit, l’ONF est aussi en discussion avec Women in Film and Television pour ce même type d’entente. L’ONF a également participé au projet MediaPLUS+ de Women in View, qui propose des outils, des panels et des ateliers en faveur de la parité.

Parallèlement aux productions, d’autres initiatives ont été déployées au sein des studios de l’ONF, dont la plus récente édition du concours Cinéaste recherché(e) (Studio d’animation), destinée aux femmes émergentes en animation, et le Projet 5 courts (Studio documentaire du Québec), réalisé par cinq jeunes femmes de l’Abitibi-Témiscamingue. L’ONF, en collaboration avec l’Institut national de l’image et du son (INIS), organisera également une série de quatre rencontres portant sur les femmes de métier, dont la première se tiendra en avril autour du thème de la direction de la photographie.

Au sein de l’ONF

Notons qu’au total, les femmes occupent 58 % des postes à l’ONF, que 53 % des producteurs et producteurs exécutifs qui travaillent à l’ONF dans l’ensemble du pays sont des femmes, et que 58 % des cadres supérieurs et 50 % des membres du conseil d’administration de l’ONF sont des femmes.

Découvrez notre sélection de films de réalisatrices de grand talent.

La famille de l’ONF

Le studio de Toronto

Au studio d’Halifax

Au studio d’Halifax

Le studio de Montréal

Au studio de Saint-Jean de Terre-Neuve

Le studio de la Colombie-Britannique et du Yukon et le studio Numérique