5 courts métrages d’humour, des années 60 à aujourd’hui

Films

Souvent légères en apparence, les comédies en disent pourtant long sur l’époque à laquelle elles ont été créées. Climat politique, événements marquants, tabous, modes ou tendances culturelles… Ce qui nous fait rire révèle qui nous sommes.

De l’humour burlesque de Buster Keaton en 1965, jusqu’à l’animation désopilante imaginée par la bédéiste Zviane cette année, en passant par la parodie, l’absurde ou le pur délire, voici un petit parcours humoristique en 5 films de l’ONF.

The Railrodder

Le cinéaste canadien d’origine anglaise Gerald Potterton (Ma crise financière) en a eu de la chance au début de sa carrière! Il a été l’un des derniers à tourner avec le légendaire Buster Keaton, qui s’est illustré dans le vaudeville et le cinéma muet. Bien qu’âgé de 69 ans, son humour très « physique » est à l’œuvre dans un magnifique court métrage comique, qui a pour toile de fond la beauté du paysage canadien. Les fans de Jacques Tati seront servis!

(Pour les curieux : le tournage de ce film a aussi donné lieu à la création d’un fascinant documentaire de type making of, Buster Keaton Rides Again, que l’ONF a lancé en même temps que The Railrodder en 1965.)

The Railrodder, Gerald Potterton, offert par l'Office national du film du Canada

Chérie, ôte tes raquettes

Créé dix ans plus tard, ce film très bref d’André Leduc puise dans le choc entre les époques, et le contraste entre folklore et modernité (enfin, la modernité de 1975!) pour déclencher le rire. Il s’appuie sur une musique traditionnelle interprétée par Monsieur Pointu – un « violoneux » mis en vedette dans un film de Leduc qui s’est rendu jusqu’aux Oscars. Le cinéaste s’amuse joyeusement avec la pixillation, une technique de stop-motion employée avec des prises de vue réelles… et avec les techniques de cruise.

Chérie, ôte tes raquettes, André Leduc, offert par l'Office national du film du Canada

Faut se grouiller

Sur une mélodie de Debussy, ce court métrage d’animation dessiné par Richard Condie dans les années 80 porte sur la procrastination d’Eugène, un pianiste de concert. Mais c’est surtout dans la narration assurée par Gaétan Lepage et Serge Thériault que se cachent de petits bijoux d’expressions québécoises.

Nous avons tous un Eugène en nous; mieux vaut en rire qu’en pleurer!

Faut se grouiller, Richard Condie, offert par l'Office national du film du Canada

Pimp ma botte

Une parodie acadienne de la célèbre émission Pimp My Ride de MTV? Oui, l’ONF a produit cela, et elle est savoureuse. En s’amusant avec les codes télévisuels du début des années 2000 – et avec les excès en tous genres de son animateur, le rappeur Xzibit –, le cinéaste Marc Daigle met en images un délire scénarisé par Alexandre Bilodeau, anciennement du groupe hip-hop Radio Radio. Tous les stéréotypes culturels sont au rendez-vous quand un vieux marin et une bande de jeunes se rencontrent.

Pimp ma botte, Marc Daigle, offert par l'Office national du film du Canada

La pureté de l’enfance

Lorsque l’ONF a demandé à des bédéistes du Québec et de la France de plonger dans le monde du cinéma d’animation pour livrer une petite histoire tirée du quotidien, Zviane a eu une idée géniale. À partir d’une cassette de sa jeunesse, sur laquelle elle s’était elle-même enregistrée, ce film hilarant est né. Une amusante extrapolation visuelle sur l’imaginaire des enfants, qui remet en doute sa pureté, justement…

La pureté de l'enfance, Zviane, offert par l'Office national du film du Canada