J.A. Martin photographe | Un classique à revisiter pour la Journée du cinéma canadien

J.A. Martin photographe | Un classique à revisiter pour la Journée du cinéma canadien

Films

Aujourd’hui, dans le cadre des activités entourant le 150e anniversaire de la Confédération, le Canada tout entier célèbre la Journée du cinéma canadien.

Avec plus de 1 700 événements et projections à travers le pays, ainsi qu’une foule de nos trésors cinématographiques diffusés en ligne et à la télévision, il s’agit de la plus grande célébration de notre cinéma national jamais vue auparavant… Et du plus vaste festival de films au monde, rien de moins!

Cette initiative de Reel Canada, un organisme sans but lucratif ayant pour mission de faire découvrir le cinéma canadien aux élèves du secondaire et aux nouveaux arrivants depuis 2005, est aussi l’occasion parfaite de renouer avec vos classiques favoris. Du moins, c’est ce que j’ai fait, moi, aujourd’hui! 🙂

Je vous présente donc l’un de mes coups de cœur tirés de la collection de l’ONF (et grand classique du cinéma québécois) : J.A. Martin photographe de Jean Beaudin.

J.A. Martin photographe | Un classique à revisiter pour la Journée du cinéma canadien

Une histoire d’amour au 19e siècle

Mettant en vedette Marcel Sabourin, qui co-signe également le scénario, ce second long métrage de Jean Beaudin raconte l’histoire de Joseph Albert Martin (touchant Marcel Sabourin) et de sa femme, Rose Aimée (magnifique Monique Mercure). À cette époque où la photographie était encore un art nouveau, il quitte sa belle et leurs six enfants à tous les étés pour visiter sa clientèle éloignée à travers les routes rurales du Québec. Mais après 15 ans de mariage, Rose Aimée décide d’accompagner son mari dans ce périple pour la toute première fois, dans l’espoir de raviver un amour s’étant trop effrité au fil des années.

Pour moi, il ne fait aucun doute que J.A. Martin photographe est non seulement l’un des plus beaux films jamais produits par l’ONF, mais aussi le point culminant de la carrière de ses deux têtes d’affiche, dont la performance touche encore à chaque visionnement. Ode à l’amour, à la femme et à nos beaux paysages, c’est une œuvre douce et intemporelle, idéale à regarder à l’arrivée du printemps.

J.A. Martin photographe | Un classique à revisiter pour la Journée du cinéma canadien

J.A. Martin, inoubliable et incontournable

S’élevant au rang de classique dès sa sortie, en 1977, J.A. Martin photographe marque une étape importante dans l’histoire du cinéma québécois. Présenté dans une quinzaine de pays et projeté en salles montréalaises pendant pas moins de 27 semaines, le film est lauréat de nombreux prix internationaux, dont sept Génie (aujourd’hui les prix Écrans canadiens).

Mais ceux que l’on retient le plus sont les deux trophées reçus lors du 30e Festival de Cannes : le Prix d’interprétation féminine accordé à Monique Mercure et le Prix du jury oecuménique. D’ailleurs, saviez-vous que 1977 représente la seule et unique année où deux films québécois étaient en compétition officielle pour la prestigieuse Palme d’Or? En effet, Le Vieux Pays où Rimbaud est mort de Jean Pierre Lefebvre – mettant aussi en vedette Marcel Sabourin (!) – était en lice aux côtés de J.A. Martin cette année-là. Impressionnant, non?

Sans plus tarder, voyez le film dans sa version intégrale juste ici :

J.A. Martin photographe, Jean Beaudin, offert par l'Office national du film du Canada

…Et pour plus d’œuvres marquantes à voir ou à revoir en cette Journée du cinéma canadien, consultez notre sélection spéciale