Amateurs de boxe et de lutte? Voici 5 films sur des sports de combat

Films

Il suffit de nommer Mohammed Ali, Raging Bull, Rocky, Georges Saint-Pierre et Dwayne « The Rock » Johnson pour mesurer la place immense que les sports de combat occupent dans la conscience collective et dans la culture populaire. L’affrontement spectaculaire (et parfois complètement fictif) entre deux hommes anime le cœur des foules depuis des siècles, il est donc naturel que l’ONF se soit penché sur la question à de nombreuses reprises dans les dernières décennies. Voici donc quelques films sur le combat, réalisés par des grands de chez nous.

Falardeau, Bigras, Groulx…

Le steak, Pierre Falardeau et Manon Leriche, offert par l'Office national du film du Canada

En plus du fictif Elvis Gratton et du légendaire PFK Kid, le réalisateur Pierre Falardeau s’est également intéressé au parcours de Gaétan Hart, un homme autant marqué par les défaites du quotidien que par les victoires dans le ring. Ses adversaires ont tout à fait raison de le craindre, alors que les blessures qu’il impose à ses adversaires dans des luttes acharnées sont parfois fatales. Thème récurrent de ces documentaires, la boxe représente pour Hart un refuge, une opportunité de s’éloigner du crime et de la violence de la rue, en canalisant ses énergies et son intelligence particulière, à l’intérieur du ring. Portrait saisissant d’une rage qu’il faut savoir maîtriser.

BAM, Howie Shia, offert par l'Office national du film du Canada

On peut d’ailleurs voir Gaétan Hart dans le clip Tue-moi de Dan Bigras et c’est tout à fait à propos, puisque le chanteur engagé a réalisé Le ring intérieur, à propos de Charles Ali Nestor et de sa bande serrée de combattants fraternels, dont Bigras fait partie.

Le ring intérieur, Dan Bigras, offert par l'Office national du film du Canada

Le documentariste capte la camaraderie sincère de l’entourage de Nestor, tous prêts à se battre (parfois, à leur grand dam, l’un contre l’autre) pour chasser leurs démons, éviter le trouble et chercher la gloire. On assiste à des moments de grande tendresse et d’émotion, alors que les hommes se poussent au-delà de leurs limites, autant physiquement que psychologiquement. Un regard affectueux sur un monde qualifié trop rapidement de violent ou d’irréfléchi.

Golden Gloves , Gilles Groulx, offert par l'Office national du film du Canada

Ce qui est particulièrement frappant avec les sports de combat (au-delà de ce terrible jeu de mots), c’est le pragmatisme et la poésie qui se côtoient si facilement (au-delà du cinéma, le roman épique City d’Alessandro Baricco s’intéresse également à la boxe). Le jeune boxeur Ronald Jones, une des vedettes du documentaire Golden Gloves de Gilles Groux, relate son expérience lors de ses affrontements : tu tapes, tu tapes, jusqu’à ce qu’il tombe. Cet acharnement là, on en trouve un écho retentissant dans le témoignage de Gaétan Hart, dont la discipline en termes de coups a même mené à une mort tragique. Documentaire touchant et révélateur d’une communauté méconnue et d’un temps depuis longtemps perdu. Son collègue des Raquetteurs, Michel Brault, a coréalisé un documentaire surréaliste sur La lutte au Québec. À voir, pour les nostalgiques des prises farfelues et des commentaires endiablés.

Une chance de s’en sortir

Les poings de la fierté, Hélène Choquette, offert par l'Office national du film du Canada

L’idée de la boxe comme entreprise salvatrice qui pourrait faire sortir de la misère, ce n’est absolument pas exclusif à l’Amérique du Nord : en Thaïlande, des très jeunes garçons birmans enfilent les gants et montent dans le ring, dans le but de récolter assez d’argent pour se façonner une meilleure vie que les infrastructures actuelles n’offrent à leur communauté. Avertissement : les images peuvent être parfois difficiles à regarder, considérant le jeune âge des combattants.