Traversées de la Gaspésie : l’ONF en ski et en raquettes

Films

Cette semaine a lieu la Traversée annuelle de la Gaspésie à ski de fond et à raquette. Pour les amateurs de sport d’hiver, c’est une occasion idéale de bouger et de voir des vastes étendues de territoire. Il s’agit d’une semaine de ski de fond (25 et 50 km de territoire couvert) et de raquette (10 à 20 km), en montagne et au bord de la mer. Pour marquer l’occasion, l’ONF présente une programmation thématique ski de fond et raquettes, avec quelques films à ne pas manquer si vous êtes des amateurs du sport!

Les raquetteurs

Les raquetteurs, Michel Brault et Gilles Groulx, offert par l'Office national du film du Canada

Évidemment, on ne peut pas parler de raquettes à l’ONF sans parler d’un de nos plus grands classiques, Les raquetteurs. Il s’agit ici du début du cinéma direct, gracieuseté Michel Brault et Gilles Groulx. L’équipe se rend à Sherbrooke pour des célébrations locales, et par le fait même capte des festivités qui tiennent désormais du folklore et du regard anthropologique. Un monde perdu. Et puis à 08:45, on retrouve la coureuse numéro 98, soit mon âme-sœur en terme de performance sportive. Et à la fin, gros party à l’harmonica. Un art qui se perd.

Ski de fond

Ski de fond, Roger Rochat, offert par l'Office national du film du Canada

Le regard documentaire sans commentaire, sans narration, on le voit dans Les raquetteurs et on le voit également dans Ski de fond. Montage léger de couleurs et de cardio collaboratif, on y trouve une ode à la fois simple et poétique à une pratique chère à de nombreux amateurs. Presque hypnotique.

L’épreuve du froid

L'épreuve du froid, Tom Daly, offert par l'Office national du film du Canada

En termes d’archives, il s’agit ici d’un document fascinant, qui fait la promotion de l’armée canadienne alors qu’elle se prépare pour les paysages hivernaux du Japon (à l’époque où il s’agissait d’une destination militaire pertinente). Pour nous situer dans le temps, on apprend que les méthodes de secours les plus sophistiquées relèvent du tobogan, du cheval et de l’avion. Visuellement, il s’agit d’une œuvre frappante, alors que les chorégraphies précises des militaires en ski se réalisent dans des décors époustouflants, presque extraterrestres.

Chérie, ôte tes raquettes

Chérie, ôte tes raquettes, André Leduc, offert par l'Office national du film du Canada

Finalement, un petit délire comique, à l’époque du stop-motion : cette fois-ci, on troque les skis pour l’asphalte et le transport peu commun. C’est l’été, ça rigole, et ça bouge.