Michel Chartrand : le ton du temps

Films

À l’occasion du 100e anniversaire de Michel Chartrand (20 décembre 1916 – 12 avril 2010), grand révolutionnaire syndicaliste québécois, je me pose des questions sur le ton; celui qu’on autorise, celui qu’on tolère, celui qui ne monte plus.

Michel Chartrand à travers le regard de son fils

Dès la première scène d’Un homme de parole, on comprend qu’on a affaire à tout un personnage. L’utilisation immédiate du mot nègre, les citations en latin, l’amour de la poésie biblique, les blagues sur les Anglais… Ça ne prend que quelques secondes pour être captivé par cet homme charismatique issu d’une autre époque, qui justifie tout à fait le titre du documentaire réalisé par son fils Alain Chartrand.

Un homme de parole, Alain Chartrand, Office national du film du Canada

On a là un homme de parole; de prise de parole au microphone devant des assemblées générales, des manifestations, des congrès et des tournages. Un homme qui ne mâche pas ses mots, qui ne fait pas de compromis sur ses principes. Son fils raconte comment il a amené sa première caisse de bière à la maison et comment son père l’a réprimandé, puisqu’il n’avait pas acheté une bière syndiquée. Vers la fin du documentaire, on voit Michel Chartrand décrire la société québécoise à travers les objets du quotidien, tous manufacturés, vendus et assurés par des étrangers. C’est un discours qu’on voit à moitié lors d’un souper avec son fils et à moitié devant une foule. La contestation dans l’action, dans la parole et dans la performance aussi. Coté discours, celui qu’il livre dans un Forum explosif, qu’il loue pour protester contre la mort de manifestants aux mains de la police anti-émeute, en est tout un. À voir au début du très pamphlétaire 24 heures ou plus, de Gilles Groulx.

24 heures ou plus, Gilles Groulx, Office national du film du Canada

Michel Chartrand à travers le regard de sa femme

Lire et écouter Simonne Monet-Chartrand dans Une vie comme rivière (également réalisé par Alain Chartrand, vraisemblablement fasciné par ses parents), c’est comprendre qu’il s’agissait d’une relation d’égal à égal, à tout point. Elle l’explique même dans le documentaire. Elle lui adresse des envolées amoureuses d’une grande intensité et lui fait comprendre que leur engagement, au sein de la société comme au sein de la famille, sera distribué équitablement.

Une vie comme rivière, Diane Cailhier et Alain Chartrand, Office national du film du Canada

Simonne Monet-Chartrand explique que son mari ne voit pas les failles humaines qui nous entourent, qu’il est préoccupé par l’idéalisme, alors qu’elle s’annonce plus réaliste dans son observation de l’humanité. Et bien qu’elle s’exprime avec une grande éloquence, on n’aura jamais droit au ton vitriolique, accusateur et intense de son mari. Là où il pointera du doigt et claquera de la main, elle contestera tranquillement l’emprise de l’église sur les femmes ou bien encouragera paisiblement la violence justicière. Simonne Monet-Chartrand se qualifie elle-même de radicale féministe pacifiste. Pourtant elle n’adopte pas le ton particulier de son mari, beaucoup plus spectaculaire. Privilège masculin?

La colère d’un peuple

La liberté en colère, Jean-Daniel Lafond, Office national du film du Canada

L’envolée lyrique idéaliste est-elle chose du passé? En 1994, quatre ex-felquistes se retrouvent pour tenter de comprendre l’état actuel de la contestation sociale : Pierre Vallières (Nèges blancs d’Amérique), Charles Gagnon (En lutte!), Francis Simard (un des responsables de l’enlèvement et de la mort du ministre Pierre Laporte survenue le 17 octobre 1970) et Robert Comeau (professeur à l’UQAM et auteur chez VLB). Dans La liberté en colère, un documentaire aux interludes musicales de Plume, ils semblent surtout divisés sur la présentation des choses, constatant chacun que les situations qu’ils dénonçaient se sont pour la plupart aggravées avec le temps. Mais comment faire? Est-ce une question de marketing? Doit-on être plus poli? Plus soft? Plus inclusif?

Et parmi ces moments particulièrement tendus entre anciens alliés habités par l’amertume, apparaît Michel Chartrand. Lors d’un souper arrosé avec Vallières, Gagnon demande au syndicaliste : « – T’as-tu bonne conscience de ce que t’as fait? ». Et Chartrand de lui répondre : « Moi, j’ai bonne conscience en esti, oui! J’aurais pu être plus gentil pour ma femme, mais pour le peuple, j’étais correct. »

On se rappellera que Chartrand a été emprisonné dans le cadre de la Loi sur les mesures de guerre, puisqu’il avait défendu publiquement le FLQ (entre autres accusations révolutionnaires). Trente ans plus tard, il ne démord pas : « Vous êtes parmi les grands hommes politiques du Québec. » leur dit-il, changeant de ton rapidement pour rendre le moment moins formel. « Vous êtes des petits garçons pareil, mais vous êtes des grands hommes. »