Sept films à voir au FCVQ

Films

La Vieille Capitale est animée par le septième art ces jours-ci grâce au Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ), et alors que la programmation propose des bijoux et des classiques, voici 7 suggestions d’évènements cinématographiques à ne pas manquer.

Écartée – 17 et 22 septembre

Ecartee_13_001tif

Après quelques courts métrages (dont le percutant Score) et la réalisation d’Un souper presque parfait, Lawrence Coté-Collins arrive avec une proposition singulière, Écartée. Du type « documenteur », le film explore l’impact d’une observatrice « neutre » dans la vie d’un couple atypique, alors qu’elle essaie d’y tourner un documentaire sur la réinsertion sociale. Une réalisatrice québécoise à suivre de près.

Waseskun – 18 et 21 septembre

Le deuxième long métrage documentaire de Steve Patry explore les méthodes peu orthodoxes mais vraisemblablement efficaces de Waseskun, un centre de réhabilitation pour hommes autochtones. Témoignages troublants et moments attendrissants abondent dans cette incursion intimiste et patiente sur la rédemption. Vous pouvez lire notre entrevue avec le réalisateur!

Un amour d’été – 16 et 22 septembre

imagepromo2_unamourdete

En tant qu’amoureux estival de l’oisiveté facilitée par les parcs, il faut aller voir Un amour d’été de Jean-François Lesage. La nuit tombée, que se passe-t-il sur la montagne? Est-il possible d’aimer? De trouver l’amour? De le perdre? Alors que l’automne arrive à grands pas, Un amour d’été peut nous servir de rappel final d’une saison merveilleuse.

La ruée vers l’or avec l’OSQ – 23 septembre

Comment redonner vie à un vieux de vieux classique? Avec de la musique en directe! Là, quinze musiciens de l’Orchestre Symphonique de Québec qui présentent, en direct, la trame sonore pour ce classique de Charlie Chaplin, alors que son personnage (The tramp) cherche le rêve américain, et trouve probablement autre chose.

La cage : l’histoire de la Corriveau – 18 et 23 septembre

la cage

Documentaire sur une légende importante du folklore québécois. En 1873, l’exécution et l’exposition macabre d’une femme ayant tué son mari inspire indignation, étonnement et rumeurs, et peu à peu, la victime d’un régime britannique stricte se transforme en mythe fondateur.

Je me tue à le dire – 17 et 22 septembre

Comédie noire sur un homme troublé ayant une relation tellement intime avec sa mère qu’il en attrape son cancer du sein.

Un homme de danse 17 et 23 septembre

un homme de danse

Portrait d’un danseur qui a exploré tous les aspects de son art au Canada, en dansant autant pour les Grands ballets que pour le légendaire Norman McLaren, visionnaire en animation à l’ONF. Documentaire qui célèbre la beauté.

Pour tous les détails, visitez le site officiel du Festival : www.fcvq.ca