René Lévesque, 25 ans déjà

Films

Il y a 25 ans, le Québec perdait l’un des politiciens les plus importants de son histoire. Je parle bien sûr de René Lévesque.

Né le 24 août 1922 à Campbelton au Nouveau-Brunswick et décédé à l’âge de 65 ans le 1er novembre 1987 à Verdun, René Lévesque est d’abord journaliste et animateur de radio et de télévision avant de se lancer en politique en 1960. Il est élu député de l’Assemblée nationale du Québec pour le Parti libéral du Québec dans la circonscription de Montréal-Laurier le 22 juin 1960. Il est d’abord nommé ministre des Ressources hydrauliques et ministre des Travaux publics sous Jean Lesage (on se demande bien ce qu’il penserait de la Commission Charbonneau aujourd’hui…), avant de prendre la tête du ministre de la Famille et du Bien-être social cinq ans plus tard.

En 1966, l’Union nationale de Daniel Johnson, père prend le pouvoir aux Libéraux et René Lévesque se retrouve dans l’opposition officielle. Il en profite pour travailler à l’élaboration de sa position constitutionnelle (qui deviendra Option Québec). Après avoir essuyé un refus des membres du Congrès du Parti Libéral du Québec d’adopter sa position, le politicien quitte le parti et fonde le Mouvement souveraineté-association (MSA). À ce moment-là, il existe déjà deux partis indépendantistes au Québec : le Rassemblement pour l’indépendance national (RIN) de Pierre Bourgault et le Ralliement national (RN) de Gilles Grégoire. Lévesque, tout comme Bourgault, espère l’unification des partis indépendantistes. Une période de négociations débute entre les trois partis le 28 décembre 1967, un mois avant que le MSA publie son manifeste Option Québec.

Fondation du Parti Québécois et référendum de 1980

L’année suivante, les trois partis fusionnent et René Lévesque est élu à la présidence du nouveau Parti Québécois (PQ). Défait aux deux élections suivantes, René Lévesque obtient finalement son premier mandat en 1976. Il restera à la tête du gouvernement du Québec jusqu’en 1985.

Sous sa gouverne, le Québec voit l’adoption de la Charte de la langue française, de la Loi 101, de la Loi sur la protection au consommateur, de la Loi sur l’assurance-automobile, de la Loi de la santé et de la sécurité au travail, de la Loi sur la consultation populaire et de la Loi régissant le financement des partis politiques, pour ne nommer que celles-là.

Lors de la campagne électorale de 1976, René Lévesque promet de tenir un référendum sur la question de la souveraineté-association. En 1979, son gouvernement fait connaître sa proposition constitutionnelle en publiant le document La nouvelle entente Québec-Canada. Proposition du gouvernement du Québec pour une entente d’égal à égal: la souveraineté-association. C’est pour tenir cette promesse qu’il initie le référendum de 1980. Le 20 mai, le référendum se traduit par une défaite. 59, 4 % des Québecois votent pour le Non, alors que 40, 6 % votent pour le Oui. Le soir même, au Centre Paul-Sauvé, il tente de consoler ses militants déçus avec une fameuse phrase : « Si je vous ai bien compris, vous êtes en train de dire… à la prochaine fois. »

Série Les champions

À l’ONF, le cinéaste Donald Brittain réalise, entre 1986 et 1988, une série de trois documentaires, intitulée Les champions, sur la carrière politique de René Lévesque et celle de Pierre Elliott Trudeau, deux des politiciens les plus marquants de l’histoire du Québec.

Dans le premier film de la série : Les champions : surprenantes destinées, il présente les premières années, depuis la période universitaire au début des années 150 jusqu’à 1967, année où Lévesque quitte le Parti Libéral du Québec où Trudeau devient ministre fédéral de la Justice.

Les champions : surprenantes destinées, Donald Brittain, offert par l'Office national du film du Canada

Dans Les champions : la façade du pouvoir, il s’attache aux années 1967 à 1977, une décennie marquée par trois victoires électorales de Trudeau, la crise d’Octobre et l’ascension au pouvoir du Parti québécois.

Les champions : la façade du pouvoir, Donald Brittain, offert par l'Office national du film du Canada

Brittain termine sa série avec Les champions : le dernier combat, en abordant les carrières politiques de Trudeau et de Lévesque de 1977 à 1988.

Les champions : le dernier combat, Donald Brittain, offert par l'Office national du film du Canada

Produit au Studio anglais, les deux films sont présentés en anglais avec des sous-titres français.

En souvenir de l’homme politique qu’était René Lévesque, nous vous invitons à visionner cette série historique, qui témoigne d’une période marquante du Québec et du Canada.

Salut! René