Les productions interactives de l’ONF à SXSW

Interactif

Collaboration spéciale de Anne-Marie Lavigne.

Retour sur la navigation publique du producteur Hugues Sweeney

Hier se terminait le volet interactif du très en vogue festival SXSW, lequel accueille chaque année, à Austin au Texas, la crème des professionnels de l’industrie au niveau international. Hugues Sweeney, producteur principal au Programme français, était sur le terrain où il a participé à plusieurs assemblées afin de présenter nos productions interactives actuelles et à venir. Après avoir discuté des nouvelles avenues narratives du documentaire, Hugues a été invité à faire une session publique de navigation Internet : une tendance qui se développe de plus en plus dans les rassemblements professionnels de l’industrie du Web. J’ai demandé à Hugues de nous donner des détails sur son expérience.

Anne-Marie : Dans quel contexte avait lieu la navigation publique?

Hugues : La session a eu lieu dans une salle de cinéma, le vieil Alamo, où les gens peuvent bouffer en regardant des vues (service aux sièges pendant le visionnement!) et où les murs sont tapissés de photos historiques, comme celles des spectacles de Black Flag et de Circle Jerks. Il y avait entre 150 et 200 personnes. Le quart d’entre eux se sont commandé des frites, des burgers et du Coke!

L’événement était organisé par Caspar Sonnen du DocLab d’IDFA. Je représentais l’ONF et il y avait Ze Frank, dont il faut absolument voir les projets, comme celui-ci.

Anne-Marie : Pourquoi faire des sessions de ce genre? Quelle est leur pertinence pour les gens de l’industrie?

Hugues : Au départ, je me suis dit : « Regarder quelqu’un surfer sur Internet dans une salle de cinéma, vraiment? » Et bien oui! Ça fonctionne bien en plus. En regardant un pair naviguer le Web en direct, ça donne une autre perspective, parce que les autres ne cliquent jamais au même endroit que nous. Ils donnent un autre rythme au Web et ils nous font voir les choses autrement. Je crois que l’intérêt pour ce type d’expérience cinématographique est de rendre hommage à la créativité des interfaces, leur caractère immersif, avec le même soin qu’on accorde au son…

Anne-Marie : Qu’est-ce que tu as choisi de montrer pendant ta session de navigation?

Hugues : J’ai navigué pendant 50 minutes, en tout et partout, à travers (dans l’ordre)  Welcome to Pine Point, My tribe is my life, Highrise et BLA BLA (un projet de Vincent Morisset qui sera lancé en ligne au printemps).

Pour My tribe, j’ai débuté par le portrait de Laurianne. Ensuite, j’ai joué avec mon avatar (avec la Web radio de Bande à part dans le tapis!) et puis j’ai visionné le portrait de Pierre-Luc. Pendant ce dernier, les gens ont souvent réagi. Son esprit vif et son côté attachant ont provoqué des discussions par la suite. Notamment sur la notion de contexte dans les réseaux sociaux (voir ce qu’il dit à propos des chats) où il résume toute la problématique du sens dans les communications interpersonnelles. Dans un univers médiatique en constante redéfinition, il faut revoir les codes, les usages, les « bonnes manières ». Il faut redéfinir les contextes. Sans contexte, c’est la jungle des significations.

Pour BLA BLA, une animation interactive qui explore les possibilités narratives du médium, j’ai suivi les temps prédéfinis pour la plupart des chapitres. Le projet en contient 6 — la naissance, les mots, la leçon, les deux, le chœur et la nuit — et propose une vision fraîche et divertissante de l’art du récit. Les gens ont ri au tableau numéro 2 où l’on voit le visage du personnage pour la première fois, les boules lancées, la surcharge; c’est drôle. Pour les chapitres 4 et 5, j’ai couché le sablier et j’ai vraiment pris mon temps. Wow. Quel effet! Au chapitre 4, quand les deux têtes sont réunies dans un esprit musical digne d’Aphex Twin: imaginez l’impact dans une salle de cinéma! J’ai toujours autant de plaisir à chaque fois…

Naviguer en public est une occasion en or de partager ce qu’on fait et de mettre en valeur l’originalité  de nos œuvres. Bravo à toutes et à tous!

Vous créez des œuvres mondiales!!! : )

Anne-Marie : Merci Hugues!

Hugues : À bientôt! 😉