Une entrevue avec Peter Broderick, guru de la distribution numérique

Films

Collaboration spéciale de Marie-France Côté.

gallery_big_peter-broderick-en-espacital

Au IDFA (International Documentary Film Festival in Amsterdam), j’ai été invitée a participer au programme World Documentary Exchange qui sert a créer des liens entre le membres de l’industrie à l’aide de panels  et de “blind dates”.

Aujourd’hui, j’ai eu la chance de rencontrer Peter Broderick, un guru de la distribution numérique et indépendante dont j’avais vu une présentation il y a 3 ans aux Hot Docs à Toronto, qui m’avait vraiment inspirée.

Précurseur de la distribution indépendante, il aide les cinéastes (déjà plus de 800 en 7 ans!) à trouver des idées créatives pour créer la meilleure stratégie de distribution pour leurs documentaires. Il incite les cinéastes à participer aussi à cette étape déterminante pour leurs films.

Et tout ça n’a pas besoin de coûter cher: juste pour être certain d’avoir un exemple concret lorsqu’il entendrait pendant une consultation le très attendu “oui mais on a pas d’argent”, il a fait son site pour la modique somme de 35$, tout ça en 3 heures.

Je vais publier quelques billets inspirés de Peter Broderick au cours des prochain jours, et je commence avec ce qu’il appelle “ses 7 principes d’un site Internet” quand vient le temps de distribuer son petit bijou:

1-le contenu est clé: pas la promotion de son contenu seulement (votre film), ça prend du contenu sinon les gens ne vont pas revenir.

2-ce contenu doit être dynamique: il doit grandir, changer et évoluer.

3-le site doit être personnalisé: on va connecter avec un humain alors présentez-vous pour que l’on sache à qui on s’adresse

4-avoir une plus grande idée sur le site que simplement le film: par exemple un projet social associé au sujet de votre film. Le site RIP: A Remix Manifesto est un bon exemple.

5-commencer avec un site vite fait peu coûteux: vous pourrez toujours développer par étapes, et assurez-vous d’avoir une vision avant d’ engager un designer. Assurez-vous aussi d’avoir la possibilité de pouvoir faire les changements vous-mêmes.

6-contenu généré par les usagers: offrez à votre communauté la possibilité de participer et qu’elle puisse y ajouter du contenu.

7-peut importe votre vision, il faut que vous vous amusiez: rien à faire, sinon ça va se ramasser dans la pile des choses urgentes à faire!

Je vous reviens sous peu avec l’homme qui dit qu’il devrait être interdit pour un cinéaste de sortir de la maison sans DVD à vendre!

***

Marie-France Côté est cinéaste et productrice du film Visionnaires planétaires en compétition au IDFA. Marie-France est également productrice déléguée pour le projet de documentaire web sur le racisme dans le milieu de travail, La tête de l’emploi. Vous pouvez la lire sur Twitter ici.